El Qods sur un baril de poudre

Les pays musulmans condamnent la répression israélienne

El Qods sur un baril de poudre

El Watan, 23 juillet 2017

La situation était hier extrêmement tendue sur l’Esplanade des Mosquées à El Qods, au lendemain d’une journée de violences meurtrières provoquées par la décision israélienne de placer des détecteurs de métaux à l’entrée du site. L’installation de ces portiques de sécurité a ravivé les craintes des Palestiniens de voir Israël prendre le contrôle exclusif de l’Esplanade des Mosquées, où se trouve la mosquée Al Aqsa, lieu saint pour les musulmans. La journée de vendredi s’est soldée par la mort de trois Palestiniens dans des affrontements à El Qods-Est et en Cisjordanie occupée avec les forces d’occupation israéliennes. Les médias indiquent par ailleurs que plus de 450 personnes ont été blessées dans ces heurts.

Ce nouvel accès de fièvre fait craindre une reprise de la vague de violences qui secoue Israël et les Territoires palestiniens occupés depuis octobre 2015 et qui a coûté la vie à 287 Palestiniens. Devant une perspective aussi effrayante, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a exhorté les dirigeants israéliens et palestiniens à s’abstenir de mesures susceptibles d’aggraver la situation et appelé tous les dirigeants politiques, religieux et communautaires à aider à réduire les tensions. «Le secrétaire général est préoccupé par le déroulement de la violence dans la vieille ville d’El Qods», a dit son porte-parole adjoint, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse.

Nombreux ont été également les pays musulmans à avoir condamné l’aventurisme et la répression aveugle israéliens. C’est le cas de l’Algérie qui a condamné hier les «graves violations et dépassements» des forces d’occupation israéliennes et appelé la communauté internationale à agir «immédiatement» pour mettre fin à ces «actes criminels». «Les graves violations et dépassements allant des tueries aux arrestations de fidèles palestiniens dans la mosquée d’Al Aqsa et ses alentours, commis par les forces d’occupation contre les Palestiniens qu’elles privent de la liberté de culte, sont des crimes terroristes ignobles que nous condamnons et rejetons avec la plus grande fermeté», a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif.

Le porte-parole du MAE a soutenu par ailleurs que «face à l’escalade de la violence et des pratiques systématiques visant la judaïsation des symboles sacrés de l’islam, la communauté internationale doit agir immédiatement pour garantir la protection du peuple palestinien et ses symboles sacrés, et mettre un terme aux actes criminels récurrents et quotidiens contre le peuple palestinien sur ses territoires occupés». «Nous exprimons l’entière solidarité de l’Algérie avec le peuple et le gouvernement palestiniens et réaffirmons la position de l’Algérie soutenant le peuple palestinien et sa cause juste pour le recouvrement de ses droits légitimes, notamment son droit à l’établissement d’un Etat indépendant avec El Qods pour capitale», a conclu Abdelaziz Benali Cherif.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a également «condamné» eu recours «excessif» des forces d’occupation israéliennes. «Je condamne le recours excessif à la force par les forces israéliennes contre nos frères qui s’étaient rassemblés pour la prière du vendredi», a déclaré M. Erdogan dans un communiqué publié hier sur le site de la présidence turque.
Aniss Z.