Déclaration du SNAPAP et de la LADDH Oran suite au forum des migrants

FORUM SOCIAL MAGHREBIN – OUJDA- 5,6 et 7 Octobre 2012

Rencontre d’Oran du 6 Octobre 2012

Déclaration du SNAPAP et de la LADDH Oran

Dans le cadre du Forum thématique « 2éme édition du forum des migrants », organisé par le Forum social Maghrébin, qui s’est déroulé du 5 au 7 octobre 2012 à Oujda-Maroc, et ce dans la perspective de la mobilisation pour le Forum Social Mondial 2013, le Syndicat SNAPAP et la LADDH bureau d’Oran ont organisé une rencontre avec les migrants subsahariens, le 6 octobre 2012 au siège conjoint SNAPAP-LADDH à Oran.

C’est dans le sillage du Forum d’Oujda organisé sous le thème «Un autre Maghreb et une autre politique migratoire sont possibles» , que les organisateurs ont tenu à abriter la rencontre dans la deuxième ville d’Algérie. Le choix de la ville est basé sur l’importance de la population subsaharienne qui réside dans la wilaya, d’une part, et des graves violations signalées à l’encontre des subsahariens d’autre part. La rencontre d’Oran a été tenue sous le thème de « Pour la dignité des migrants subsahariens et maghrébins en Algérie ».

Les objectifs initialement fixés pour cette rencontre ont été atteints dans leur globalité. En effet, s’agissant d’une première organisée par des ONG Algériennes, marquée par la présence de nombreux migrants de différentes nationalités, de représentants de deux communautés subsahariennes installées à Oran et des représentants de Médecins du monde et de l’église catholique les échanges ont été enrichissants surtout que la communication avec la rencontre de Oujda s’est faite en instantané.

Il est vrai aussi que cette rencontre ne pouvait avoir lieu sans le concours et la persévérance des représentants de l’Eglise catholique d’Oran, qui sont des repères aux yeux des étrangers dans leur amer exil algérien. Ces personnes, en plus de contribuer à alléger la souffrance des migrants sont devenues de véritables traits-d’union entre les Africains Subsahariens et nous, les Africains Maghrébins.
Marginalisés, violentés, malmenés et stigmatisés depuis très longtemps, les subsahariens se sont murés et isolés de la société algérienne, un réflexe naturel de survie qui contribue à accentuer leur fragilisation permettant ainsi plus d’exactions, commises soit de la part des autorités, soit de la part de la société.
Le temps de cette rencontre a pu permettre l’installation d’un climat de confiance avec les migrants, et ceci a favorisé l’ouverture d’un débat très loin d’être facile pour les victimes du racisme et de la xénophobie. Les quelques témoignages révélés sur leur situation sociale et les difficultés rencontrées illustrent bien leur vécu amer.

 

Les arrestations aux faciès, les contrôles d’identités systématiques, la passivité des services de sécurité (gendarmerie et police) sur les sévices commis à l’encontre des migrants, les arrestations illégales au sein même des hôpitaux, les viols commis sur les migrantes sans poursuites judiciaires contre les auteurs, les prix des loyers inaccessibles lorsqu’il s’agit de subsahariens, le pillage des domiciles des migrants du fait de la passivité des services de sécurité, le refus d’accorder des autorisations de travail et de séjour aux subsahariens, le refus de scolariser leurs enfants, la tenue de procès expéditifs sans interprètes et sans défense, la malnutrition des enfants et des bébés, tout cela constitue le lot quotidien des subsahariens.

A la fin des débats, il a été décidé par les organisateurs SNAPAP et Ligue LADDH d’Oran, les mesures suivantes :
La mise en place dans les jours à suivre d’un Observatoire régional d’Alerte sur violations des droits des migrants, réfugiés et demandeurs d’asile de l’Ouest (ORAVO).
Etablissement d’un livre blanc sur la situation des migrants subsahariens dans le pays.

Constitution d’un réseau d’avocats pour assistance judiciaire pour les migrants subsahariens, réfugiés et demandeurs d’asile.

Fouad HASSAM
SNAPAP- LADDH
Oran : 48 Rue des Aurès (ex Rue de La Bastille), Centre-ville (pas loin du Consulat d’Espagne).
Tél : +41 33 69 48
Mobile : +213 771 535 323.