Tizi Ouzou : Rapatriement de 600 migrants nigériens

Tizi Ouzou : Rapatriement de 600 migrants nigériens

El Watan, 24 octobre 2017

Dimanche dernier, 602 ressortissants nigériens en situation irrégulière depuis plusieurs mois dans la wilaya de Tizi Ouzou ont été transférés dans un camp de transit de la wilaya de Tamanrasset, en vue de leur rapatriement dans leur pays d’origine.

C’est ce que nous avons appris, hier, auprès de la cellule de communication de la wilaya de Tizi Ouzou. Les migrants ont été transportés à l’aube vers un centre de transit de la wilaya de Tamanrasset à bord de 17 autobus. Le convoi comprenait également deux ambulances médicalisées, deux semi-remorques pour le transport des effets des intéressés, un camion frigorifique pour le transport des kits alimentaires, dons du Croissant-Rouge algérien (CRA).

Cette opération supervisée par les services de sécurité et encadrée par des agents du CRA s’est déroulée dans de bonnes conditions et sans incident, selon les organisateurs. Le nombre de migrants subsahariens en situation irrégulière dans la wilaya de Tizi Ouzou dépasserait les 2000 personnes, dont beaucoup de femmes et d’enfants en bas âge, livrés à la rue faute de prise en charge adéquate par les pouvoirs publics.

Ils sont recensés à travers les 67 communes de la wilaya où ils s’adonnent à la mendicité pour survivre dans des conditions déplorables. Un campement de fortune érigé près de la nouvelle gare routière du chef-lieu de wilaya en 2014 a été démantelé en juillet dernier par les autorités locales.

Les 491 occupants du site, pour la plupart des Nigériens, ont été évacués vers un centre d’hébergement spécialement aménagé par les services de la wilaya dans les locaux de l’ex-Onabros, sis à la sortie est de la ville de Tizi Ouzou. Cette opération de rapatriement des migrants subsahariens entrés illégalement sur le territoire national s’inscrit dans la démarche entreprise par les autorités algériennes en vue de juguler le flux migratoire vers l’Algérie, en coordination avec des pays comme le Niger et le Mali.
A. T.