Malgré le durcissement des sanctions : Les harraga continuent à braver la mort

Malgré le durcissement des sanctions : Les harraga continuent à braver la mort

El Watan, 21 août 2009

Alors que 15 candidats à l’émigration clandestine ont été arrêtés à Annaba, 13 autres ont été sauvés in extremis au large des côtes oranaises.

Quinze candidats à l’émigration clandestine ont été interceptés, hier en fin de journée, par les éléments de l’Armée populaire nationale (ANP) alors qu’ils se cachaient dans des buissons du mont de l’Edough, indiquent des sources sécuritaires. Selon les premières informations, ces harraga se préparaient à rejoindre les plages de la commune de Séraïdi pour rallier la rive nord de la Méditerranée. Ces jeunes candidats à l’émigration clandestine, dont l’âge varie entre 23 et 27 ans, ont été signalés par des riverains à leur passage sur les hauteurs de la zone Bouguentass, donnant sur le versant de la plaine ouest de Annaba. L’alerte a été donnée vers 13h. Préalablement, on soupçonnait un groupe de terroristes, d’où l’intervention des éléments de l’armée. La zone fut d’ailleurs totalement bouclée, quelques moments après. Le groupe de harraga, dont neuf sont originaires d’Alger et les autres de Annaba, a trouvé un abri dans une région boisée dans la zone de Benathmane, où il s’est caché durant quelques heures, loin des regards indiscrets.

En quittant leur cachette peu avant le coucher du soleil, les malheureux harraga sont tombés nez à nez avec les djounoud de l’ANP qui les ont arrêtés immédiatement, sans résistance. Une fois auditionnés et identifiés comme étant des candidats à l’émigration clandestine, les 15 aventuriers ont été livrés aux éléments de la Gendarmerie nationale. A ces derniers, ils ont déclaré qu’un groupe de trois passeurs leur ont organisé une expédition en contrepartie de 5 millions de centimes chacun. Ils comptaient larguer les amarres hier à minuit, à partir de la plage Oued Bagrat. Par ailleurs, une unité des garde-côtes a procédé jeudi au sauvetage de 13 candidats à l’émigration clandestine au large du littoral oranais, a-t-on indiqué au groupement territorial régional des garde-côtes d’Oran. Selon la même source, ces harraga, à bord d’une barque, ont été interceptés à 40 miles au nord-ouest des côtes d’Oran. « Ils ont été repérés par un navire marchand étranger, désemparés en haute mer », a-t-on précisé.

L’unité des gardes-côtes les a aussitôt secourus et les a transférés vers le port d’Oran. Pour rappel, un sauvetage de 7 autres candidats à l’émigration clandestine a été opéré le 9 août dernier par une unité du groupement territorial des garde-côtes au large de Mostaganem sur une distance de 11 miles, au nord de cap Kramis à l’est de la wilaya.

Par APS, M. F. G.