Les 4 Algériens détenus en Israël sont rentrés à Alger

Selon le président du CRA

Les 4 Algériens détenus en Israël sont rentrés à Alger

Le Jeune Indépendant, 2 août 2009

Les quatre Algériens récemment détenus en Israël et remis par le CICR au président du Croissant-Rouge algérien (CRA), le Dr Benzeguir, dimanche dernier et qui ont d’abord transité par Damas, la capitale syrienne où ils étaient logés dans un grand hôtel sont arrivés à Alger à bord d’un avion d’Air Algérie affrété pour la circonstance.
Contacté à ce sujet, le Dr Benzeguir a indiqué que leur état de santé n’est pas inquiétant : «Ils sont en très bonne santé et récupèrent bien.» Notre interlocuteur a ensuite soutenu que toute cette «opération humanitaire est définitivement bouclée. Nos représentations diplomatiques à Amman et à Damas nous ont particulièrement aidés».
A la question relative à leur transfert à Damas, notre source a révélé que leur déplacement dans la capitale syrienne est motivée par le fait que les autorités syriennes «n’exigent pas de visas au préalable d’où cette nécessité de les transférer à Damas». Actuellement, ils sont soumis à un débriefing et ils devraient revoir leurs familles respectives qui sont aujourd’hui soulagées et prêtes à les accueillir. Le frère d’un des ex-détenus, Oulbani, résidant à Bruxelles en Belgique espère que son frère ainsi que ses trois camarades retiennent la leçon de cette «aventure dangereuse» et qu’ils sauront désormais faire la part de choses.
«Les autorités algériennes doivent les aider et les soutenir en leur procurant un travail pour qu’ils évacuent le souvenir de leur séjour en prison et le traumatisme moral qu’ils ont subi». Le Dr Benzeguir tiendra une conférence de presse aujourd’hui au siège du Croissant-Rouge algérien pour expliquer les tenants et les aboutissants de cette triste affaire. Les anciens détenus de la prison israélienne dont l’âge n’excède pas 23 ans, Rachid Oulbani, Chérif Adel, Fouad Boufarouk et Med Tahar Khelifi sont tous originaires du même douar à Skikda : Chaba.
Le premier cité, Rachid Oulbani, un électricien de métier, partage avec ses 8 frères et sa sœur une modeste masure de deux chambres. Il voulait s’engager dans les rangs de l’ANP mais il a été recalé lors de son examen de recrutement. Il a dû s’embarquer au même titre que ses trois amis à bord d’un bateau de marchandises battant pavillon italien. Ce navire avait observé plusieurs haltes avant de se rendre à Askelon, une ville portuaire où ils ont été arrêtés par les Israéliens jusqu’à dimanche dernier, jour de leur libération.
Mahmoud Tadjer