Crise malienne : la solution politique gagne du terrain

Crise malienne : la solution politique gagne du terrain

El Watan, 15 novembre 2012

Niamey redoute fortement qu’un règlement politique donne des idées aux Touareg nigériens, dont la condition est actuellement aussi précaire que celle de leurs «frères Maliens».

L’annonce par Ançar Eddine, le groupe rebelle touareg dirigé par Iyad Ag Ghaly, qui contrôle actuellement une grande partie des villes du nord du Mali, de sa décision de déposer les armes et de renoncer à l’application de la charia (la loi islamique) a eu pour effet de provoquer une décantation du terrain miné de la crise malienne.
Mieux, la disponibilité affichée par celui-ci à privilégier un règlement politique à la crise rend, selon de nombreux spécialistes du Sahel, inutile une intervention militaire dans le septentrion malien. La remarque se tient d’autant, ajoute-t-on, que les leaders du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), composé également de rebelles touareg, se proposent eux-mêmes de faire le «ménage» dans la région.

Ces derniers disent d’ailleurs s’opposer fermement à une intervention armée internationale dans la mesure où ils craignent de voir l’armée malienne exploiter la situation pour chercher encore à «casser du Targui». Le MNLA accuse même l’armée malienne d’être spécialisée dans «l’extermination des populations». «Chasser les terroristes, tout le monde est d’accord là-dessus mais nous doutons de l’efficacité de la forme de l’intervention choisie», a déclaré hier au cours d’une conférence de presse à Paris Hamma Ag Mahmoud, responsable des relations internationales du Conseil transitoire de l’Etat de l’Azawad (CTEA), créé par le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA). Et tout en mettant en doute la capacité des armées ouest-africaines à combattre au Sahel, M. Ag Mahmoud a ainsi assuré que «l’armée du MNLA est prête à faire cette guerre». «Elle (l’armée) est issue des populations de l’Azawad, elle connaît la région, elle a toutes les aptitudes militaires voulues. Avec la bénédiction de la communauté internationale, cette armée du MNLA peut pourchasser les terroristes et narcotrafiquants de l’Azawad sans dégâts collatéraux», a-t-il soutenu. En un mot, le CTEA est persuadé qu’une attaque aveugle causera un «génocide».

Partagées pour une large part par Ançar Eddine, les craintes émises par le MNLA ne seraient pas fondamentalement infondées.
Des échos de la réunion d’Abuja consacrée justement de bout en bout au dossier malien et à la manière de «goupiller» l’intervention militaire qui doit normalement avoir lieu dans l’Azawad durant le premier trimestre de l’année 2013 préviennent que certains acteurs de la sous-région n’auraient qu’un seul souhait : voir les processus politique ou les négociations engagées entre le médiateur de la Cédéao et Ançar Eddine tomber à l’eau. Et c’est notamment le cas, avance-t-on, du Niger.
Pour quelles raisons le Niger n’aurait-il pas intérêt à voir la crise malienne se régler derrière la porte capitonnée du bureau du président burkinabé Blaise Campaoré ou derrière celle du bureau du patron de l’Union africaine ?

Quand la politique fait peur

Des sources crédibles proches de l’organisation panafricaine indiquent, à ce propos, que Niamey redoute fortement qu’une telle issue (un règlement politique, ndlr) donne des idées aux Touareg nigériens dont la condition est actuellement aussi précaire que celle de leurs «frères Maliens». S’il cherche à tuer dans l’œuf toute négociation avec les Touareg maliens, c’est que le président nigérien Mahamadou Isoufou sait très bien que des avancées substantielles concernant la gouvernance locale et la participation des populations du nord du Mali à la gestion de leurs affaires auront un effet boule-de-neige au niveau de toute la région. Le Niger, dans ce cas-là, pourrait donc être très probablement contraint d’accorder les mêmes droits à sa population touareg. Cela a toujours été une contagion mécanique.

Face à une telle perspective, M. Isoufou a décidé de se rendre aujourd’hui à Paris pour «sensibiliser» à nouveau les Français et les Européens sur les dangers qui les guettent à partir du Sahel. En d’autres termes, il ralliera la capitale française avec la ferme idée de tenter le tout pour le tout pour persuader François Hollande quant à la nécessité de sortir la grosse artillerie dans l’Azawad et de ne pas trop s’attarder dans les discussions. Au vu de la l’évolution connu ces dernières quarante-huit heures par le dossier (même l’ONU a pris langue avec Ançar Eddine), il est cependant peu probable que le chef de l’Etat nigérien y parvienne.

Partisan, ces derniers mois, d’un règlement à la dure du conflit malien, le président français semble, en effet, avoir changé son fusil d’épaule. Il donne l’impression, en tout cas aujourd’hui, d’être acquis à l’idée qu’il est important, au regard de la complexité et des implications du dossier, de donner une chance au politique. «C’est la responsabilité des Africains de trouver des solutions pour que le Mali retrouve son intégrité territoriale, pour qu’il puisse y avoir des élections et pour que le dialogue politique puisse être encore poursuivi le temps nécessaire afin que des groupes se détachent des terroristes», a-t-il affirmé hier lors d’un point de presse animé conjointement avec Mme Nkosazana Dlamini Zuma, la présidente de la commission de l’Union africaine. Voilà, en effet, une déclaration qui ne devrait pas beaucoup faire plaisir aux va-t-en-guerre africains.
Zine Cherfaoui