Bamako : le groupe Al Mourabitoune revendique l’attaque du Radisson

Bamako : le groupe Al Mourabitoune revendique l’attaque du Radisson (22 morts)

Agences, Maghreb Emergent, 20 novembre 2015

Les djihadistes d’Al Mourabitoune, groupe lié à Al Qaïda, ont revendiqué vendredi sur Twitter la prise d’otages à l’hôtel Radisson Blu de Bamako, où 170 personnes étaient détenues. L’authenticité de la revendication n’a pu être vérifiée. Al Mourabitoune est né en 2013 de la fusion du Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) et des Signataires par le sang, groupe dirigé par l’Algérien Mokhtar Belmokhtar.

Des hommes armés ont attaqué vendredi à Bamako un hôtel de luxe fréquenté par des étrangers et retenaient 170 otages. L’hôtel Radisson Blu, situé dans un quartier proche du centre ville de la capitale malienne et qui abrite de nombreux bâtiments officiels. D’après le conseiller du ministère de la sécurité du Mali, il n’y a plus d’otages aux mains des assaillants. Deux terroristes sont morts, selon une source militaire malienne.
Pour rappel, le mouvement Al Mourabitoune a revendiqué l’attaque d’un restaurant de Bamako où cinq personnes ont été tuées en mars, l’attentat suicide d’avril contre les forces de l’Onu, qui a fait trois morts, et celui commis en août dans l’hôtel Byblos de Sévaré, dans le centre du Mali, où 17 personnes ont trouvé la mort.

Les membres d’une délégation officielle algérienne « sains et saufs »

Dés l’annonce de l’attaque terroriste et de la prise d’otage à l’hôtel Radisson de Bamako, une cellule de crise a été mise en place au niveau du ministère algérien des Affaires étrangères afin de recueillir l’ensemble des informations sur cette attaque et ses implications.
Des hauts cadres de l’Etat, membres d’une délégation officielle qui séjournait à Bamako, étaient dans cet hôtel au moment de l’attaque terroriste.
« Tous les membres de cette délégation ont été libérés sains et saufs. Un algérien cadre d’une entreprise étrangère a également été libéré », assure le MAE.
« La Cellule de crise suit de près l’évolution de la situation en coordination avec les autres institutions de l’Etat. En contact permanent avec l’ambassade d’Algérie à Bamako, elle tient informées les hautes autorités de l’Etat sur les développements de cette attaque terroriste », affirme la même source. « La cellule de crise du MAE peut être contactée au numéro suivant : 021.50.45.00 ».


Bamako : Les sept Algériens faisant partie des otages de l’hôtel Radisson sains et saufs

Xinhua, Maghreb Emergent, 20 novembre 2015

Tous les otages algériens, au nombre de sept, retenus vendredi dans l’hôtel à Bamako au Mali, ont été libérés sains et saufs, a indiqué le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Ramtane Lamamra, cité par l’agence officielle APS.

Il s’agit, selon la même source, de six cadres de l’Etat algérien, dont des diplomates, et d’un cadre travaillant pour le compte d’une compagnie française.
Dans la matinée de vendredi, un groupe terroriste avait pris en otage les résidents de l’ hôtel Radison, situé dans la capitale malienne.
Dés l’annonce de l’attaque terroriste et de la prise d’otage à l’hôtel Radisson de Bamako, une cellule de crise a été mise en place au niveau du ministère algérien des Affaires étrangères afin de recueillir l’ensemble des informations sur cette attaque et ses implications.
Selon le ministre malien de la Sécurité intérieure, le colonel-major Salif Traoré, les forces spéciales maliennes (police et gendarmerie) ont donné l’assaut. Elles étaient épaulées par des forces spéciales françaises venues du Burkina Faso voisin et américaines qui étaient déjà sur place.
Certains otages ont réussi à s’échapper par leurs propres moyens, mais la majorité d’entre eux ont été exfiltrés par les forces spéciales.
Selon un dernier bilan provisoire établi par des sources sécuritaires, 27 personnes ont été tuées dans cette attaque.


Mali : un haut responsable du DRS figurait parmi les otages algériens

Riyad Hamadi, TSA, 20 novembre 2015

L’un des patrons des services secrets algériens figure parmi les otages libérés de l’hôtel Radisson Blu à Bamako, affirme le journal suisse La Tribune de Genève. Le journal, qui cite des sources au Palais des nations à Genève, ne mentionne pas le nom du haut responsable du renseignement algérien.

« Seize otages musulmans ont été relâchés après avoir récité des versets du Coran. Parmi eux, a-t-on appris à Genève, figurent des officiels algériens, dont un haut responsable du DRS (services de renseignements algériens), des diplomates et des officiers militaires chargés de l’application de l’accord d’Alger entre la Coordination des mouvements de l’Azawad et le gouvernement malien, ainsi que des militaires de la Mission multidimensionnelle de l’ONU (Minusma) sont parmi les otages », affirme La Tribune de Genève.