Azawad : l’accord d’Alger vole en éclats

Azawad : l’accord d’Alger vole en éclats

El Watan, 18 août 2015

L’accord de paix et de réconciliation au Mali, paraphé en mai dernier à Alger et signé un mois plus tard à Bamako par les groupes rebelles de l’Azawad et le gouvernement malien, n’a pas mis fin à la guerre dans cette région limitrophe de l’Algérie.

De violents combats ont opposés aujourd’hui lundi les éléments d’une milice progouvernementale aux combattants de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA). Les affrontements qui ont eu lieu dans la région d’Anefis, à mi-chemin entre Gao et Kidal, se sont soldés par plusieurs morts, selon AFP.

Hier dimanche, la CMA a mis en garde contre une reprise des hostilités, suite à l’attaque qui a ciblé ses représentants dépêchés, samedi, pour rencontrer les responsables des milices de la Plateforme, proche du gouvernement malien. « Depuis la signature de l´accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d´Alger, les milices de la plateforme n´ont raté aucune occasion pour afficher leur mépris et leur insurrection contre la paix, á travers des violations répétées de l´accord, se traduisant par des enlèvements, des arrestations, des humiliations et des exécutions extrajudiciaires des civils, sans aucune réaction, ni mise en demeure de la part des garants de la paix », a dénoncé la CMA, dans un communiqué diffusé hier.

La Coordination des mouvements de l’Azawad a demandé à la Minusma d’assumer ses responsabilités pour « éviter une escalade de violences sans précèdent qui s´annonce dans les jours á venir, si rien n´est fait, et dont les milices de la plateforme porteront l’entière responsabilité ».

Le Mouvement national de libération de l’Azawad (Mnla) a été vivement critiqué par la population touareg, notamment dans son bastion à Kidal, lorsque son SG, Bilel Ag Acherif, a signé l’accord dit de paix et de réconciliation.

Farouk Djouadi