Coalition « antiterroriste » initiée par Riyad: Les raisons du non algérien

COALITION «ANTITERRORISTE» INITIÉE PAR RIYAD

Les raisons du non algérien

Le Soir d’Algérie, 29 novembre 2017

Une coalition antiterroriste de pays musulmans s’est mise officiellement en place cette semaine à Riyadh. Restée à l’écart du processus ayant mené à la concrétisation d’un projet vieux de deux ans, Alger a décidé de ne pas figurer dans le lot des Etats ayant adhéré à la nouvelle organisation.
Abla Chérif – Alger (Le Soir) – Dimanche 26 novembre. Le prince héritier Mohamed Ben Salmane annonce officiellement à Riyadh la naissance d’une coalition militaire antiterroriste composée de 41 pays musulmans. Il présente la réunion comme un «évènement très important car, dit-il, les groupes terroristes agissaient dans nos pays sans qu’il y ait de coordination pour les contrer».
D’un ton solennel, il ajoute : «Aujourd’hui, cette situation prend fin car plus de 40 pays ont transmis des signaux forts indiquant que nous allons désormais travailler ensemble et que nous allons coordonner nos capacités militaires, financières politiques et de renseignement (…) chaque pays y contribuera en fonction de ses capacités.»
Le prince héritier clôt son discours en transmettant son soutien aux Égyptiens éprouvés par une terrible attaque survenue vendredi dans une mosquée dans le Sinaï et affirme : «Nous allons nous tenir aux côtés de tous les pays du monde qui combattent le terrorisme et l’extrémisme.» La naissance de la coalition est officiellement annoncée. Les pays musulmans ayant pris part à cette initiative se disent tous derrière l’Arabie Saoudite, mais certains Etats ne figurent pas parmi la liste des wagons de Riyadh. Parmi eux, l’Algérie qui s’est déjà récemment distinguée par une position prouvant sa volonté de demeurer indépendante face aux grands dossiers du monde arabe. C’était il y a moins d’une semaine. Les autorités saoudiennes, encore une fois, avaient introduit une demande pour la convocation d’une réunion urgente au sein de la Ligue arabe. Objectif : débattre du «cas» Iran, son ennemi juré accusé de soutien aux groupes terroristes activant dans la région, et responsables, selon elle, d’une attaque au missile lancée à partir du territoire yéménite et intercepté sur les terres saoudiennes.
Au Caire, les chefs de la diplomatie arabe se réunissent à la date fixée, mais à l’instar de Baghdad qui préfère dépêcher un représentant de second rang, l’Algérie se fait représenter par son ambassadeur sur place. Le message délivré de manière très diplomatique est très clair. Alger refuse de se laisser embarquer dans une «aventure à l’issue incertaine (…) un va-t-en guerre qui ne dit pas son nom et une initiative qui s’est d’ailleurs concrétisée par des prises de position contraires à celles du pays».
La réunion de la Ligue arabe s’achève en effet avec l’adoption d’un communiqué condamnant une nouvelle fois le Hezbollah, qualifié de groupe terroriste, et en clouant au pilori l’Iran. Une contradiction parfaite avec la position algérienne consistant à considérer ce mouvement comme une force politique libanaise légale, et un mouvement de résistance face à Israël, mais aussi et surtout une confirmation des appréhensions qui laissaient entrevoir que le processus mis en place par les Saoudiens s’apparente en fait à la mise en place d’une coalition anti-Iran. Les faits qui se succèdent le confirment davantage lorsque Riyadh convoque donc en début de semaine une réunion pour la mise en place, cette fois, d’une force militaire où l’Iran est principalement ciblé.
Le front s’apparente à une coalition anti-chiite. Comme à son accoutumée, l’Arabie Saoudite adresse des «invitations» aux pays musulmans quelques heures avant la tenue de la réunion. L’Algérie figure parmi les Etats auxquels ont été adressées des missives aux allures de convocations. Aucune explication, ni détail concernant les objectifs de cette rencontre ne figurent dans cette dernière. Les autorités saoudiennes ne daignent même pas répondre aux lettres transmises par certains Etats musulmans dont l’Algérie qui demandent des précisons sur l’ordre du jour. Une «nouvelle aventure se met en place».
Consciente des enjeux, l’Algérie préfère se démarquer du troupeau et adopter la position qui a toujours été la sienne. La mise en place de la coalition militaire implique également des opérations de terrain contraires à son principe de non-ingérence et pouvant cibler des pays et des organisations respectés par les Algériens. De manière très diplomatique, elle préfère également éviter de se lancer dans des polémiques inutiles et contreproductives en évoquant publiquement le sujet.
Le pays entretient des relations correctes avec l’Arabie Saoudite et préfère s’en tenir là. Il observe l’évolution de la situation. Surtout que dans les milieux diplomatiques arabes, y compris ceux impliqués dans l’opération, on ne se voile pas la face : la coalition militaire est perçue comme une nouvelle coquille vide destinée uniquement à asseoir la suprématie saoudienne au sein de la Ligue arabe.
A. C.