Alger: Meeting à huis clos pour Ghaza

Alger: Meeting à huis clos pour Ghaza

par Ghania Oukazi, Le Quotidien d’Oran, 29 décembre 2008

C’est par un meeting à huis clos que les Algériens ont condamné, hier, l’agression israélienne contre Ghaza et manifesté leur soutien au peuple palestinien.

Privés de leur droit de manifester sur la voie publique y compris pour les causes justes, les Algériens ont été obligés, hier, de se regrouper à l’intérieur de la salle de Conférences de la maison du Peuple, siège de l’UGTA, pour crier leur colère contre le massacre des Palestiniens de Ghaza et pour condamner l’Etat sioniste. C’est à l’appel du FLN que ce regroupement a eu lieu. Ce sont quelques militants du parti de Belkhadem et d’autres membres de ses organisations satellites qui ont pris place dans cette salle dont les murs étaient bardés de banderoles portant des slogans de condamnation d’Israël et du massacre de Ghaza. «Non à l’extermination du peuple palestinien à Ghaza», lit-on sur l’une d’elles que l’APC de Sidi M’Hamed a pris le soin de signer. C’est sur les sons de «Ikhouani la tensaou Echouhada», une belle chanson patriotique nationale, que les participants à ce rassemblement commençaient à prendre place. Avec toute la bonne volonté de ses militants, le FLN n’a pas pu remplir la salle qui n’est pourtant pas immense. Aux côtés du secrétaire général du FLN et de celui de l’UGTA, il y avait le représentant de la Palestine à Alger, l’ambassadeur étant en déplacement dans son pays. C’est Sidi Saïd qui prendra la parole, le premier, en tant que hôte des manifestants.

«Nous avons parmi nous le secrétaire général du FLN, mon collègue Tayeb Louh, le frère Chihab Seddik au nom du RND,» a-t-il commencé par noter. Drapé de l’écharpe de couleur noir et blanc, l’un des symboles de la résistance palestinienne qu’on appelle «koufia» ou «hata» en parler palestinien, les organisateurs du meeting se lèveront tout autant que l’assistance pour écouter l’hymne national et l’hymne palestinien qu’ils ont fait suivre d’une minute de silence à la mémoire des martyrs de Ghaza.

«La barbarie juive, sioniste a frappé, nous devons faire tout ce qui est en notre possible pour condamner d’une manière claire, nette et précise l’agression sioniste sur Ghaza et contre le peuple palestinien,» a déclaré le SG de l’UGTA.

«Nous, aux côtés de toutes les forces vives du FLN, nous nous devons d’appeler à la liberté et au respect des droits humains qui doivent être portés par tous,» a-t-il clamé en précisant «porter la révolution palestinienne, on l’a portera jusqu’à la libération de la Palestine avec pour capitale El-Qods.»

«On dit aux Palestiniens, oubliez vos divergences»

C’est au tour du représentant de la Palestine à Alger de prendre la parole «au Nom de Dieu Clément et Miséricordieux, nous rendons hommage aux militants du FLN, aux Algériens qui nous ont habitués à être aux côtés du peuple palestinien.» Il rappellera les nombreux massacres des Palestiniens «Dir Yassine, Kafr Kassem, Sabra et Chatila, Djenine, Rafah, Ghaza aujourd’hui, les nombreuses intifathas» et remonte «à la création de l’Etat hébreu, en 1948» pour arriver au déclenchement de la révolution palestinienne dont le 24e anniversaire sera commémoré, en janvier prochain. «Face à ces circonstances difficiles, on appelle toutes les factions palestiniennes à l’unité nationale, d’ici, de l’Algérie de laquelle on a appris la révolution,» a-t-il affirmé.

Il notera aussi «nous remercions nos frères des pays arabes pour leur soutien, et les dirigeants arabes pour avoir décider de tenir des réunions urgentes et de leurs envois d’aides humanitaires.» Il lancera un appel «aux organisations internationales, aux institutions, à tous les pays, à l’Amérique, à la Russie pour aider les Palestiniens à rester mobilisés autour de leur cause.»

Le SG du FLN qualifiera, pour sa part, les massacres de Ghaza de «nekba de la Palestine.» Il rappelle que «ce que nous avons vu hier était dur pour le monde entier non pas pour les Arabes ou les musulmans seulement. Mais, a-t-il souligné, «le monde entier reste silencieux sur le sang palestinien qui coule et sur les raids de l’Etat terroriste sioniste.» Il estime que «Ghaza reste mobilisée parce qu’elle sait que ce qui se passe est lié à la libération de sa terre». Pour lui, «même si le sang coule, c’est pour libérer la terre palestinienne et purifier le corps arabe de l’aplaventrisme et de la trahison.» Il demande aux Palestiniens de «ne pas perdre espoir… Ne vous démobilisez pas, n’abdiquez pas, les peuples épris de paix nous ont appris que leurs révolutions arrachent la victoire, la Palestine vaincra et à chaque fois qu’une étoile tombe, une autre brillera.» Le SG du FLN lâchera par ailleurs «à chaque fois qu’il y a un désastre, on pointe un doigt accusateur sur le frère et non sur l’ennemi. Nous appelons nos frères à Ghaza à la patience, la gloire arrive.» Il lancera aussi un appel aux dirigeants arabes pour soutenir la résistance palestinienne. «Le sang du révolté trouvera celui qui le vengera,» prévient-il.

Belkhadem appelle, par ailleurs, à l’ouverture des passages, allusion faite aux Egyptiens pour ouvrir le passage de Rafah. Et a-t-il interrogé «on interpelle l’opinion internationale, où sont les droits de l’Homme lorsque les machines destructrices ravagent des écoles, des habitations, des mosquées? Et vous venez nous parler des droits de l’Homme? Quelle serait votre position si les morts étaient Israéliens?» Le SG du FLN fera savoir que les ministres arabes des Affaires étrangères se réuniront mercredi au Caire. «On souhaite que les positions arabes soient unies et on dit aux Palestiniens, oubliez vos divergences parce qu’elles ont des conséquences sur la résistance. L’heure est à la mobilisation, serrez vos rangs.»

Belkhadem a tenu à partager ce témoignage avec l’assistance: «ce matin, un médecin palestinien nous a dit qu’on enveloppait les corps des blessés palestiniens dans les rideaux de l’hôpital.» Il conclut par une note d’espoir «tant qu’il restera un souffle, et quel que soit le temps que cela prendra, la Palestine sera libérée.»