Des morts dans l’abordage de la flottille vers Gaza

Des morts dans l’abordage de la flottille vers Gaza

Par Pauline Fréour, Le Figaro, 31/05/2010

Des policiers palestiniens se préparaient samedi à l’arrivée de la flottille chargée d’aide humanitaire, au large de la bande de Gaza.
Des policiers palestiniens se préparaient samedi à l’arrivée de la flottille chargée d’aide humanitaire, au large de la bande de Gaza.

Plusieurs passagers de la flottille internationale d’activistes pro-palestiniens qui se dirigeait vers Gaza ont été tués lors d’affrontements avec un commando israélien. Le Hamas en appelle à un soulèvement devant les ambassades israéliennes.

La marine israélienne a attaqué lundi matin au moins un des six bateaux transportant des militants pro-palestiniens et de l’aide humanitaire vers la bande de Gaza, soumise à un blocus. Un responsable palestinien a fait état de 15 morts parmi les militants, a rapporté la chaîne de télévision Al-Jazira, qui affirme tenir ce bilan d’Israël. En outre, deux militaires israéliens auraient été blessés dans le raid. Une télévision israélienne a pour sa part fait état d’au moins dix morts. Le bilan est difficile à déterminer dans la mesure où la censure militaire israélienne a interdit la diffusion de toute information sur les morts et les blessés transférés vers des hôpitaux.

Pour sa part, un représentant d’une ONG turque impliquée dans l’opération a indiqué que deux personnes avaient été tuées et environ 30 blessées dans le raid israélien. Il a ajouté que les communications avec le navire étaient coupées. Un journaliste de la chaîne pan-arabe Al-Jazira, présent sur le navire turc menant la flottille, a raconté par téléphone que les forces israéliennes avaient tiré sur le bateau, blessant son capitaine. La télévision turque NTV évoque aussi l’abordage du navire et des tirs d’armes ayant fait des victimes.

La «flottille de la liberté» avait appareillé dimanche après-midi de Chypre avec à son bord environ 700 militants pro-palestiniens, dont le prix Nobel de la Paix 1976, le Nord-Irlandais Mairead Corrigan Maguire et des députés européens. Son objectif était d’acheminer 10.000 tonnes d’aide pour Gaza. Israël avait prévenu qu’il empêcherait les six bateaux d’atteindre leur destination et expulserait ou emprisonnerait les militants à bord. C’est la neuvième tentative, dont cinq réussies, du mouvement Free Gaza depuis août 2008.

Israël a élevé son niveau d’alerte

Le mouvement islamiste palestinien Hamas a appelé en réaction les Arabes et les musulmans à un «soulèvement» devant les ambassades d’Israël. Le chef du gouvernement du Hamas à Gaza, Ismaïl Haniyeh, a dénoncé l’attaque israélienne qualifiée de «barbare» : «Nous en appelons au secrétaire-général de l’ONU Ban Ki-moon pour qu’il prenne ses responsabilités afin de protéger la sécurité des groupes solidaires présents à bord de ces navires».

En Israël, la police israélienne a dès lundi matin élevé son niveau d’alerte pour faire face à «d’éventuels désordres» parmi les Arabes israéliens (1,2 million de personnes). La police a commencé à déployer des renforts à Jérusalem, Jaffa et en Galilée, régions où la population arabe est particulièrement nombreuse, a indiqué la radio publique. Le ministre israélien de l’Industrie et du Commerce Binyamin Ben Eliezer avait auparavant appelé les Arabes israéliens à «réagir de façon raisonnable».

«Les images ne sont pas sympathiques, je ne peux qu’exprimer mon regret pour tous les morts», a également déclaré le ministre, dans une première réaction officielle israélienne. «Nous n’avions aucune intention d’ouvrir le feu mais il y a eu une énorme provocation, a-t-il affirmé. On attendait nos soldats avec des haches et des couteaux et quand en plus quelqu’un tente de vous prendre votre arme, dans ces cas-là on commence à perdre le contrôle de la situation, l’incident commence ainsi et on ne sait pas comment il finit.»

Ankara convoque l’ambassadeur israélien

De son côté, la Turquie a convoqué l’ambassadeur israélien à Ankara. «Nous allons transmettre notre réaction dans les termes les plus fermes», a déclaré un diplomate qui a requis l’anonymat. «Cet incident déplorable, qui a eu lieu en pleine mer et constitue une violation claire de la loi internationale, peut entraîner des conséquences irréparables sur nos relations bilatérales», a déjà prévenu le ministère turc des Affaires étrangères.

Israël et l’Egypte soumettent la bande de Gaza à un strict blocus depuis que les islamistes du Hamas ont pris le contrôle par le force de ce petit territoire côtier en juin 2007. L’Etat hébreu affirme vouloir ainsi empêcher le Hamas de renforcer son arsenal, alors qu’il a déjà tiré des milliers de roquettes de l’autre côte de la frontière. Mais des responsables onusiens et d’organisations humanitaires estiment que c’est l’économie gazaouie qui pâtit de ces mesures.