Le DGSN préconise une coordination entre les services de sécurité

Kidnappings en Kabylie

Le DGSN préconise une coordination entre les services de sécurité

El Watan, 30 mai 2011

«La situation que traverse la région de Kabylie nous préoccupe beaucoup.

Elle préoccupe à la fois le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales et le chef d’état-major de l’armée. Il y a des mesures qui seront prises dans le cadre de la lutte contre les rapts. D’ailleurs, nous continuons de déployer nos effectifs pour combattre le phénomène des kidnappings», a déclaré, hier, le Directeur général de la Sûreté nationale (DGSN), le général major, Abdelghani Hamel, lors de sa visite dans la wilaya de Tizi Ouzou. Le premier responsable de la DGSN a également avoué, dans ce contexte, que «la sécurisation de la wilaya de Tizi Ouzou n’est pas aisée, en raison de son relief. Certes, avec 19 sûretés de daïra, la couverture sécuritaire est acceptable, mais une bonne occupation des espaces est nécessaire dans la mesure où il serait possible d’intervenir à travers tout le territoire de la wilaya».

A cet effet, il préconise un travail de coordination entre les différents corps de sécurité afin de combattre le phénomène des enlèvements. Et d’ajouter : «Il n’est pas facile de tracer une ligne de démarcation étant donné que les rapts ne sont pas seulement l’œuvre du terrorisme, mais il existe aussi une forme de banditisme derrière certains kidnappings.» A. Hamel a souligné : «Nous allons renforcer nos effectifs et mettre à leurs dispositions des moyens matériels pour mener à bien leur mission. Aujourd’hui, la petite et la moyenne criminalités induisent un sentiment de peur auprès des citoyens.» Toutefois, le patron de la DGSN n’a pas parlé des deux derniers rapts qui ont suscité un grand mouvement de mobilisation citoyenne dans la région.

Il s’agit, pour rappel, des kidnappings dont ont fait l’objet le jeune Mourad Bilek, de Beni Douala, enlevé le 11 mai par un groupe d’individus armés sur la route de Ath Aïssi, et le septuagénaire, Ali Hammour, le 15 mai à Mechtras, dans la wilaya de Tizi Ouzou, qui demeurent toujours entre les mains de leurs ravisseurs. Il s’est contenté seulement de dire, à ce sujet, que «le nombre d’enlèvements a baissé. Depuis le début de l’année, on n’a enregistré que trois cas dans la wilaya de Tizi Ouzou». Le général Hamel a indiqué, par ailleurs, que l’opération de grande envergure qui a été engagée, depuis deux semaines, dans la ville de Tizi Ouzou par les services de police contre le commerce informel rentre dans le cadre d’un programme visant le redéploiement des éléments de ce corps de sécurité à travers tout le territoire national.
Hafid Azzouzi