«Le pouvoir entretient le désordre à Tizi Ouzou»

Le FFS dénonce

«Le pouvoir entretient le désordre à Tizi Ouzou»

El Watan, 11 août 2011

«La région est sous l’étau enserrant du duel grève-émeute et autres occupations de places, rues et routes», selon la déclaration du FFS.

La fédération du Front des forces socialistes (FFS) à Tizi Ouzou dresse un constat macabre de la situation qui prévaut dans la région. Dans une déclaration parvenue à notre bureau, la formation de Hocine Aït Ahmed relève que «la population est prise encore une fois entre le marteau et l’enclume» en raison, ajoute le même document, «des calculs avérés, haineux des décideurs, et l’anomie générale générée par les lobbies et les réseaux de l’informel, de la drogue et de surcroît le phénomène du kidnapping qui trouve en cette région une terre de prédilection exacerbée par une récupération politique placide et sans âme».

«La région est sous l’étau enserrant du duel grève-émeute et autre occupation de places, rues et routes», précisent les rédacteurs du même texte. Le vieux parti de l’opposition rappelle aussi la bavure militaire survenue, le 23 juin dernier, à Azazga, suite à un attentat à l’explosif contre un convoi de l’ANP. Il la considère comme «un énième complot pour entretenir un climat de terreur, d’insécurité et de peur sans lesquels la mafia politico-financière peine à évoluer».
Sur un autre plan, la fédération du FFS estime également que la grève des transporteurs, qui a duré plus d’un mois, a pénalisé toute la population de la wilaya.

«La délocalisation de la gare routière, elle-même désuète, obsolète, engorgée et dépassée par les besoins de modernité dans la perspective du désengorgement de la ville, est en soi un acte nécessaire et impératif pour peu que les conditions de réussite de cette initiative soient réunies. Mais, ce n’est, hélas, pas le cas car la condition sine qua non réside en un plan de transport dûment établi, débattu de concert avec les élus de l’APW et approuvé par l’institution elle-même en conformité avec la réglementation en vigueur.»
Le FFS souligne également que la réticence des transporteurs à accepter la décision de leur transfert vers la gare multimodale de Bouhinoun et la persistance de la direction des transports à les y contraindre n’ont fait qu’accroître la galère des usagers.

«Cela peut se comprendre par l’immaturité du projet lui-même, l’absence de basiques commodités, dans une gare pourtant haut standing. Nous avons toujours dénoncé un système de gestion par l’urgence ou par l’émeute, utilisé comme unique moyen qui cadence la vie de la cité», poursuit la même déclaration qui ajoute : «Au-delà du nettoiement occasionnel d’une ville à la limite de la bidonvillisation, le coup de force contre l’informel, venu tardivement, prouve que ce qui était impossible hier, de l’avis même du chef de sûreté, devient possible du jour au lendemain pour peu qu’une décision politique s’impose. Preuve que nos gouvernants ont sciemment entretenu le désordre durant une décennie», soutient la formation de Hocine Aït Ahmed.

Hafid Azzouzi