Un Observatoire Nabni des politiques publiques annoncé

L’Initiative clôt ses 100 propositions de mesures et veut durer

Un Observatoire Nabni des politiques publiques annoncé

par Salem Ferdi, Le Quotidien d’Oran, 4 juillet 2011

L’initiative Nabni est au rendez-vous pour le 5 juillet en rendant publique la dernière série de mesures à prendre  » pour une Algérie nouvelle « .

Les dernières mesures numérotées de 91 à 100 visent, selon le communiqué du groupe, à  » renforcer l’Etat, l’efficacité de l’exécutif et la fonction publique ainsi que l’exercice démocratique, les contre-pouvoirs et la redevabilité et l’indépendance des institutions « . Un rapport sur les  » 100 mesures pour l’émergence d’une Algérie nouvelle : plan d’actions de rupture pour l’année du Cinquantenaire  » sera rendu public le 5 juillet. L’initiative Nabni dont les protagonistes semblaient anormalement se cataloguer comme  » apolitique  » ou  » non politique  » veulent se donner le moyen de durer… politiquement. La 100ème mesure est de fait l’annonce d’une institutionnalisation de l’initiative dans une structure :  » l’Observatoire Nabni des politiques publiques « . Le groupe suggère une mesure qui bouleverse le vieux culte du secret qui règne dans le fonctionnement du gouvernement : la publication systématique sur le site du Secrétariat général du gouvernement (SGG) pendant un mois des projets de lois. L’idée, fort intéressante, est de susciter un débat plus large sur les projets de loi et de ne pas le limiter aux canaux gouvernementaux restreints. Une telle démarche serait, selon Nabni, de nature à renforcer l’implication de la société civile et de l’expertise nationale dans le débat sur les politiques publiques. Dans ce débat  » participatif « , Nabni sera de la partie avec son observatoire qu’il compte lancer  » prochainement  » afin de consacrer le  » rôle de l’initiative dans une observation critique et constructive des politiques publiques et à appuyer le débat public et l’engagement citoyen « . Bref, Nabni fera ce que dans le langage commun on appelle de la  » politique  » et qui n’est pas réductible à la quête du pouvoir.

L’observatoire entend devenir avec les  » initiatives et think tanks existants, un lieu où l’expertise algérienne participe à la réflexion collective sur les politiques publiques à mettre en œuvre ou sur les politiques déjà adoptées « . Il s’agira, ajoute le texte de l’initiative, d’un  » organisme de veille citoyenne sur les politiques publiques afin de participer activement à un véritable débat public au service de l’Etat et de la société dans son ensemble « . Dans l’immédiat, Nabni va utiliser une plateforme internet pour faire le suivi de la mise en application des  » 100 mesures  » et pour approfondir le débat sur les mesures proposées. Nabni veut donc être une ruche d’où sortiront des analyses et de point de vue d’experts sur les politiques publiques, des notes synthétiques, des analyses comparatives avec les expériences étrangères. Tout cela sera mis sur la place publique dans le respect de l’engagement pris d’être  » participatif, transparent et démocratique « . Autre constat très  » politique  » admis par Nabni : les mesures préconisées n’ont pas de sens sans le  » prérequis  » de la réforme de l’Etat et de la gouvernance. Ce que les citoyens ont dit à Nabni est d’une clarté politique sans équivoque.  » Sans améliorer la transparence, sans réduire l’arbitraire et la corruption, sans renforcer les institutions de l’Etat, les contre-pouvoirs ainsi que la capacité des administrations, les promesses d’amélioration du quotidien des citoyens que feraient entrevoir la mise en œuvre des mesures 1 à 80 seront déçues « , nous ont-ils dit, à juste titre. Si la 100ème mesure est une annonce d’une institutionnalisation de l’initiative, les propositions de 91 à 99 portent sur la nécessité de  » définir et appliquer un statut du wali et chef de daïra  » et de  » limiter la durée des mandats des hauts fonctionnaires, d’appliquer la limite d’âge définie par les textes et rétablir le pouvoir de nomination des ministres, walis et chefs de daïra sur leurs équipes « .

Créer un seul ministère de l’économie et des finances

Nabni propose également de créer un grand ministère de l’économie et des finances en fusionnant les cinq ministères économiques actuels, de créer des mécanismes  » passerelles entre l’administration et le secteur privé « . Elle propose la mise en place systématique  » d’unités de pilotage des politiques publiques  » au niveau des ministères.

Nabni propose également une  » série de réformes du système électoral touchant les listes électorales, les bureaux de vote itinérants et les votes par procuration, la supervision des élections, le comptage des votes et la mise en place de sondages « .

Les dernières mesures portent sur le renforcement de l’indépendance et de l’expertise des juges, le renforcement de  » l’indépendance, la diversité, la liberté et la déontologie de la presse écrite  » et enfin, la mise en place d’une  » instance indépendante d’analyse et d’évaluation des politiques publiques sous l’égide de l’APN « .