Situation au nord du Mali: Alger pour une solution politique

Situation au nord du Mali: Alger pour une solution politique

par R.N., Le Quotidien d’Oran, 15 février 2012

Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci a affirmé, hier à Alger, que l’Algérie était favorable à une solution politique de la situation au nord du Mali et «au dialogue dans un cadre purement politique».

Dans une déclaration à la presse, en marge de l’audience qu’il a accordée au ministre serbe de l’Economie et du Développement régional, M. Medelci a souligné «qu’il faut trouver une solution politique aux Touareg confrontés aujourd’hui à un problème», ajoutant que l’Algérie «a de tout temps abrité le dialogue entre les parties au conflit, dans le cadre de la convention d’Alger». La coopération entre l’Algérie et le gouvernement malien «se poursuit pour relancer la coopération, à tous les niveaux, notamment sécuritaire au regard de la conjoncture actuelle». «Nous oeuvrons avec le gouvernement malien dans le cadre des décisions prises sur le plan régional à lutter contre le terrorisme et non contre les Touareg qui comptent parmi les citoyens de ces pays», a-t-il ajouté. Il a rappelé, dans ce sens, que les deux parties ont convenu, au terme des réunions, tenues la semaine dernière à Alger, entre le gouvernement malien et les représentants des Touareg, «d’oeuvrer à promouvoir le dialogue et à trouver une solution politique à la situation». Il a ajouté que l’Algérie appuie le dialogue, dans un cadre purement politique et souhaite que «la question du nord du Mali soit résolue, dans un cadre national». «L’Algérie est disposée à aider toutes les parties pour parvenir à une solution 100% malienne», a-t-il fait remarquer.

Le ministre malien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M. Soumeylou Boubeye Maiga, qui a effectué récemment une visite à Alger, s’était félicité de l’assistance de l’Algérie dans le règlement de la situation au nord du Mali.

Le gouvernement malien et l’Alliance démocratique du 23 mai pour le changement, avaient lancé récemment, un appel «pressant» pour l’arrêt des hostilités au nord du Mali et privilégier le dialogue et la concertation.

Cet appel avait été lancé à l’issue d’une rencontre de concertation, tenue du 2 au 4 février, à Alger, entre une délégation du gouvernement malien, conduite par M. Maiga, et une délégation de l’Alliance démocratique du 23 mai pour le changement, sous l’égide de la Facilitation de l’Accord d’Alger, du 4 juillet 2006.