«L’intégrité territoriale de l’Algérie se trouve sérieusement menacée»

Nordine Amine. expert aux Nations-Unies

«L’intégrité territoriale de l’Algérie se trouve sérieusement menacée»

El Watan, 5 mai 2011

Il existe des armes chimiques et biologiques en Libye. Ces armes peuvent actuellement passer aux mains non officielles du terrorisme. L’intégrité territoriale de l’Algérie se trouve sérieusement menacée».

Un constat inquiétant dressé hier par Amine Nordine, expert international au sein du comité de l’ONU pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale, lors d’une conférence de presse qu’il a animée pour dénoncer les nombreuses menaces du nucléaire.
L’annonce de la mort de Ben Laden qui mène inéluctablement vers une réorganisation des réseaux terroristes dans le monde et la situation de chaos qui prévaut en Libye peuvent se révéler explosives pour la menace nucléaire. «Toute l’étendue des frontières ne pouvant pas être contrôlée, les armes biologiques et chimiques stockées en Libye – et nous savons qu’ils y en a – constituent un véritable danger de trafic illicite perpétré par des acteurs non étatiques et spécifiquement pour l’Algérie étant un pays frontalier», explique le conférencier. Mais la menace du nucléaire ne se réduit pas à ce seul cas brûlant d’actualité. «Il n’y a pas un seul peuple qui ne soit pas concerné par la menace nucléaire», ajoute la même source.

On ne peut certes pas se passer de l’énergie nucléaire, mais on peut renforcer les contrôles, notamment pour ceux qui résistent le plus à l’Agence internationale d’énergie atomique (AIEA).
A cet effet, Amine Nordine montre sévèrement du doigt Israël, mais sans manquer d’évoquer le cas iranien.
Il y va de la sécurité mondiale. «Seulement une demi-heure suffirait à détruire toute la planète. Et le sinistre exemple du tsunami japonais a bien montré les limites de l’homme. La nature est imprévisible et même les technologies les plus sophistiquées, dont le Japon jouit d’ailleurs, n’y peuvent rien», souligne-t-il.
Quarante Etats dans le monde disposent de la capacité d’avoir une arme nucléaire. Une mobilisation internationale s’impose donc pour préserver les générations de demain contre les dangers du nucléaire, selon l’expert. «Les victimes de Reggan souffrent encore et attendent leur indemnisation. C’est dire que la société civile autant que les ONG ont un rôle à jouer pour continuer à éveiller les consciences et interpeller les Etats, tous les Etats», précise-t-il.
Et d’ajouter : «La modernité ne se constitue pas d’arrogance !» en faisant écho à la politique nucléaire israélienne.

Fella Bouredji