Terrorisme : Aqmi menace les intérêts français et américains au Maghreb

Terrorisme : Aqmi menace les intérêts français et américains au Maghreb

par Yazid Alilat, Le Quotidien d’Oran, 15 juillet 2013

Des groupes terroristes d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) seraient actuellement en train de planifier des attaques contre des intérêts français et américains dans des pays du Maghreb.

Les éléments de ces groupes, qui seraient une trentaine, se seraient évadés lors d’une spectaculaire opération d’évasion de la prison centre de Niamey au Niger. C’est en tout cas ce que rapporte la radio tunisienne ‘«Mosaïque», citant des sources informées. Selon la radio tunisienne, les services de sécurité algériens ont informé leurs homologues de Tunisie et de Libye qu’ils doivent élever le niveau de vigilance et de sécurité de leurs frontières.

Selon les même sources informées citées par la radio, un groupe terroriste d’Aqmi, appartenant à la phalange des signataires par le sang, au nombre d’une trentaine d’éléments de différentes nationalités, est en train de préparer des actions terroristes contre des intérêts français et américains en Tunisie et en Libye, ainsi que des infrastructures pétrolières en Algérie. Ces informations coïncident en fait avec celles qui font état de la fuite d’une prison de Niamey au Niger au mois de juin dernier lors de l’attaque de cette prison par un groupe de la katibat des signataires par le sang. Ces terroristes évadés sont actuellement en mouvement avec d’autres groupes terroristes de différentes nationalités dans le nord du Mali et au sud de la Libye, près des frontières sud de la Tunisie, précisent les mêmes sources.

Les mêmes sources croient savoir que ces groupes terroristes ont planifié des attaques contres des intérêts français et américains en Algérie, en Tunisie et en Libye, en représailles à l’intervention militaire de la France au Nord-Mali. La France est intervenue au nord du Mali au début de l’année pour expurger cette région des groupes d’Aqmi, du Mujao et de rebelles touaregs qui tenaient en otages les grandes villes de la région. Par ailleurs, les mêmes sources sécuritaires ont précisé à la radio Mosaïque que les autorités algériennes ont élevé le degré de vigilance et de surveillance au niveau des frontières avec le Mali, la Tunisie et la Libye, de crainte d’une infiltration de ces groupes en Algérie.

L’Algérie a également informé ces pays voisins des desseins des groupes terroristes de la phalange des signataires par le sang de tenter de s’infiltrer en Tunisie et en Libye par leurs frontières sud. Selon des experts de la lutte antiterroristes, Al-Qaïda au Maghreb islamique est devenue plus dangereuse que l’organisation mère en Afghanistan. C’est ce qu’affirme en fait l’expert en courants religieux Alia Allani, pour qui Aqmi est devenue plus dangereuse et plus nocive que l’organisation terroriste mère, notamment après l’attaque contre le site gazier de Tiguentourine. ‘’On peut expliquer ce dynamisme des groupes terroristes par la situation chaotique dans plusieurs pays du printemps arabe », a-t-il dit. ‘’Une situation qui permet à ces groupes terroristes d’organiser des attaques du genre de celle de Tiguentourine, ce qui, à l’évidence, selon lui, implique une plus grande coordination entre les services de sécurité de la région et une autre vision de la lutte contre les groupes terroristes d’Aqmi ».

Il a préconisé la mise en place en urgence ‘’d’une nouvelle stratégie régionale de lutte antiterroriste ». ‘’En outre, l’inconstance politique dans les pays du printemps arabe n’aide pas à lutter contre ces groupes terroristes, d’autant que les partis islamiques en place ne sont pas arrivés à imposer un dialogue véritable pour une transition en douceur et la stratégie religieuse à mettre en place, ce qui a provoqué la prolifération de courants extrémistes », a-t-il encore souligné, cité par le site Alarabia.net.

Les informations relatives à des mouvements terroristes au sud des frontières algériennes et l’intention qu’on leur prête d’attaquer des intérêts occidentaux, notamment français et américains, sont prises très au sérieux. Au mois de juin dernier, le ministre des Affaires étrangères algérien, Mourad Medelci, avait précisé à la radio algérienne que les frontières entre l’Algérie et la Tunisie sont complètement sécurisées grâce à la coopération entre les deux pays. Il a également ajouté qu’il était du devoir de l’Algérie d’aider ses voisins à maintenir la sécurité des frontières comme ce fut le cas pendant les dernières années. L’Algérie continuera à aider financièrement et militairement ses voisins pour maintenir la paix dans la région et éradiquer la menace terroriste. Des déclarations qui intervenaient après l’émergence d’un groupe terroriste en Tunisie près des frontières algériennes et la menace terroriste qui interviendrait à partir des frontières avec la Libye, où la situation sécuritaire reste précaire.