Attentats d’Alger: Louisa Hanoune accuse les Etats-Unis

ATTENTATS D’ALGER

Louisa Hanoune accuse les Etats-Unis

Le Soir d’Algérie, 18 avril 2007

Les responsables de partis politiques proches du pouvoir, le mouvement associatif et la Centrale syndicale ont participé, hier, au meeting de la Coupole pour dénoncer le terrorisme et soutenir la réconciliation nationale de Abdelaziz Bouteflika. La secrétaire générale du Parti des travailleurs a, pour sa part, accusé ouvertement les Etats-Unis d’Amérique d’être les instigateurs des attentats du 11 avril.
Tarek Hafid – Alger (Le Soir) – «Ils veulent en finir avec notre peuple et notre nation. L’Algérie a le droit de vivre en tant que peuple et nation. Celui qui a financé ces opérations (les attentats du mercredi 11 avril) a ciblé l’Etat algérien à partir de l’extérieur. Ils n’ont pas accepté le fait que l’Algérie ait opté pour la paix, qu’elle ait décidé de re-nationaliser les hydrocarbures, et se soit opposée à l’installation de bases militaires étrangères. L’Algérie n’a opprimé aucun peuple ni même colonisé un autre pays», a-t- elle déclaré, hier, à partir de la Coupole. Louisa Hanoune n’a certes pas cité nommément les USA mais ses allusions sont claires et précises : «Le planificateur est connu. Les kamikazes ont été importés de l’étranger. Leurs moyens sont ceux d’une véritable armée et non d’un groupe qui se terre dans une casemate», a ajouté la secrétaire générale du Parti des travailleurs sous un tonnerre d’applaudissements. Elle affiche ouvertement son anti-américanisme devant une salle comble qui réagit positivement à toutes ses déclarations. Louisa Hanoune semblait profiter pleinement de la tribune qui lui est offerte. Une véritable aubaine en ces temps de pré-campagne électorale. Une situation qui fera réagir Salah Djenouhat, en sa qualité de modérateur de ce meeting. Le secrétaire national de l’UGTA a été obligé de la rappeler à l’ordre après qu’elle eut largement dépassé son temps de parole. Mais la secrétaire générale du PT poursuivra son intervention pour s’en prendre à ceux qui s’opposent à la réconciliation nationale. «Celui qui dit que la réconciliation est un échec couvre les criminels et appelle à l’ingérence étrangère.» Louisa Hanoune ne mettra fin à son discours qu’après s’être rendu compte que la sonorisation avait été coupée. Abdelaziz Belkhadem, Aboudjerra Soltani, Sedik Chiheb (qui représentait Ahmed Ouyahia), Abdelmadjid Sidi Saïd et Tayeb Houari ont tour à tour «condamné le terrorisme» et réitéré leur «soutien à la réconciliation nationale».
T. H.