L’Algérie et la France face aux défis du terrorisme

Visite d’une délégation de l’institut Français des hautes études en sécurité

L’Algérie et la France face aux défis du terrorisme

Le Soir d’Algérie, 28 mai 2016

En déplacement à Oran ce jeudi, l’importante délégation de l’Institut national français des hautes études en sécurité et justice (INHESJ) composée de hauts cadres de l’Etat français, tels des magistrats, des sous-préfets, des maires et autres élus locaux mais également d’auditeurs privés issus de la société civile, a donné lieu à une rencontre à l’hémicycle de la wilaya.
Une rencontre au terme de laquelle le DG de l’institut, Cyrille Schott, déclarera à la presse que la «France et l’Algérie sont confrontées à des défis communs en Méditerranée et en Afrique que sont le terrorisme et l’immigration» ajoutant au sujet de la coopération entre l’institut qu’il dirige et la Sûreté nationale ­— l’invitation émanant du général-major Hamel : «Cette visite que nous effectuons en Algérie depuis deux jours est une volonté de resserrer les liens entre les deux pays ; nous avons des défis communs à affronter et nous devons arriver à travailler ensemble.»
Lors des débats ayant suivi une présentation de la ville d’Oran, pôle industriel d’envergure régionale à l’échelle de la Méditerranée, beaucoup de choses ont été dites autour de la politique nationale de rapprochement de l’administration et des citoyens mais également de la sécurité et du rôle de la police de proximité, un concept abandonné en France, diront des membres de la délégation. Une politique qui a donné lieu à la délégation et à celui qui la conduisait, de constater «le haut degré de modernité des institutions, dans l’appropriation des techniques les plus modernes. Le constat est positif du point de vue sécurité, nous sommes face à des institutions qui veillent à se moderniser et à se rapprocher du citoyen et qui ont une organisation efficace, c’est un sentiment très positif».
Durant la rencontre, l’intervention d’un attaché français à la sécurité permettra de donner le constat de celui-ci sur la situation sécuritaire qui s’est nettement améliorée, dira-t-il, puisque «le terrorisme dans le nord du pays est devenu exceptionnel».
Néanmoins, ce dernier dira combien la menace terroriste extérieure est bien présente obligeant les autorités algériennes à toujours plus de vigilance et de mobilisation.
Fayçal M.