Total , Lafarge et Renault, dossiers prioritaires de Jean-Pierre Raffarin à Alger

Total , Lafarge et Renault, dossiers prioritaires de Jean-Pierre Raffarin à Alger

Rafik Sabounji,Maghreb Emergent, 17 Février 2011

L’ancien Premier ministre français, Jean-Pierre Raffarin, sénateur chargé du suivi de la coopération économique entre l’Algérie et la France, sera à Alger les 20 et 21 février. Cette visite s’inscrit dans le cadre de sa mission sur la coopération économique entre Paris et Alger et dont la première phase s’est déroulée le 24 novembre 2010. Douze dossiers, dont trois prioritaires, sont à l’ordre du jour.

Trois dossiers urgents domineront la seconde mission de « Monsieur Algérie, » Jean-Pierre Raffarin à Alger. Il s’agit de Total, Lafarge et Renault. Pour le pétrolier français il s’agit de boucler le tour de table et de mettre en œuvre le projet de vapocraquage d’éthane d’Arzew avec Sonatrach. Le cimentier Lafarge est en quête d’une autorisation pour ériger une cimenterie d’une capacité annuelle de 2 millions de tonnes de ciment. Enfin Jean-Pierre Raffarin abordera l’état des négociations des autorités algériennes avec Renault au sujet de son projet de montage de voitures en Algérie. Parmi les autres dossiers à l’ordre du jour de cette visite, la formation professionnelle, les transferts de savoir-faire, les transports, les mines et l’énergie, l’agroalimentaire, la pharmacie et les assurances, ainsi que les retombées en termes d’emplois qualifiés des investissements français en Algérie, une demande expresse, dans ce dernier cas, de la partie algérienne.

Le 24 novembre lors de sa première visite Raffarin a réactivé avec son homologue algérien Mohamed Benmeradi, ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement (MIPI), les comités de filière prévus depuis plus de 2 ans à l’occasion de la visite de Christine Lagarde, ministre français des Finances. Il s’agit prioritairement des comités agriculture et services. Le premier cité sera conduit avec les agriculteurs de Bretagne. Cette seconde visite de « Monsieur Algérie » tentera également de sauver le projet de Saint Gobain à Oran. La filiale italienne de la multinationale a racheté en 2008, l’usine publique Alver leader sur le marché du verre, une transaction à 5 millions d’euros longtemps contestée par le syndicat de l’entreprise et confirmée récemment par le CPE (participation de l’Etat).

Cette seconde mission à Alger de l’ancien Premier ministre français sera également l’occasion d’évaluer la préparation du grand forum d’affaires en Algérie pour le 31 mai prochain. Il est question d’une rencontre qui verra la participation de plus de 700 entreprises des deux rives dont 500 du côté algérien. Pour la bonne réussite de cette manifestation, le département de Mohamed Benmeradi a installé un comité pour préparer la rencontre.

Ombre au tableau « des affaires », le leader français du BTP, ne serait pas retenu dans la présélection des offres techniques pour la construction de la grande mosquée d’Alger, la troisième plus grande du monde, évaluée à 600 millions d’euros par le cabinet d’architecture germano-tunisien qui en a remporté le concours de conception.