Me Lasbeur à propos de la dénaturalisation des français d’origine étrangère

Me Lasbeur à propos de la dénaturalisation des français d’origine étrangère

“On veut les faire expulser vers leur pays d’origine”

Par : Salim Koudil, Liberté, 10 août 2010

“Sarkozy va trop loin !” C’est l’une des phrases lancées par Me Khaled Lasbeur, lors d’une rencontre avec des journalistes, avant-hier, sur les hauteurs d’Alger. Une “sentence” de l’avocat algérien, installé en France “depuis plus de 30 ans”, sur le dernier projet de loi du président français concernant la dénaturalisation des Français d’origine étrangère. “Certes, je n’ai pas le droit de porter un jugement, mais je me réfère juste à l’analyse de Patrick Weil, qui, en plus d’être historien, est un spécialiste de l’émigration en France”.
En revenant sur l’interview donnée par l’universitaire et publiée par l’hebdomadaire français le Nouvel observateur (édition du 5 août), Me Lasbeur affirme que “la déchéance de la nationalité va donner comme résultat deux catégories de Français, ceux qui seront toujours Français et les Français en sursis”. Ne cachant pas sa désapprobation, l’avocat affirme que “je n’arrive pas à comprendre comment on peut préconiser de déchoir de leur nationalité des personnes qui l’ont obtenu ces 10 dernières années”. Il faut préciser, au passage que selon les chiffres de l’INSEE (Institut national des statistiques et des études économiques), plus de 1,5 million d’étrangers ont été naturalisés entre 1999 et 2009.
Toujours très critique envers le projet de loi de Sarkozy, Me Lasbeur a insisté sur le profil des personnes ciblées. “Il ne s’agit évidement pas des Paul et Pierre mais surtout Mohamed et Fofana”. Voulant donner son analyse, il précisera que “l’objectif de ce texte de loi n’est autre que l’expulsion du territoire français”, avant d’affirmer que Sarkozy “est allé beaucoup plus loin que ce que préconisait l’extrême droite”. Sur les conséquences de ce projet de loi, l’avocat de Cheb Mami parlera des apatrides. “Même si elle n’est pas encore ratifiée, la France est signataire d’une convention pour l’interdiction de l’apatridie, et si la loi est votée, beaucoup de personnes vont reprendre le statut d’apatride. Ce qui posera un gros problème.”
Tout en précisant que l’Algérie n’a jamais retiré la nationalité à quiconque, Me Lasbeur a tenu à rappeler que “les collaborateurs français ont été déchus de leur nationalité mais aucun harki n’a été déchu de sa nationalité algérienne”. Il évoquera aussi un épisode dont la France est peu fière. “Charles de Gaulle lui-même a été déchu de sa nationalité après l’appel du 18 juin 1940”. L’autre projet de loi de Sarkozy, celui de rendre les parents des mineurs délinquants responsables pénalement, a été également abordé par l’avocat. “Il est inadmissible de condamner quelqu’un qui n’a pas commis de délit”, a affirmé Me Lasbeur, avant d’ajouter : “On peut admettre la responsabilité civile mais pénale, c’est à l’encontre de la loi fondamentale des droits de l’Homme”.
Il n’omettra pas de préciser que “même l’extrême droite, qui avait préconisé le retrait des allocations familiales, n’est pas allée aussi loin”.