L’Association France-Algérie adopte son programme 2005

L’Association France-Algérie adopte son programme 2005

Par Ghada Hamrouche, La Tribune, 22 février 2005

M. Bernard Stasi a été reconduit samedi dernier au poste de président de l’Association France-Algérie. Dans un communiqué parvenu hier à notre rédaction, le vice-président délégué de l’association a rendu compte des travaux de l’assemblée générale, réunie le 19 février à Paris. Selon la même source, les membres de l’association auraient procédé à l’analyse de l’évolution des relations franco-algériennes et se sont félicités de «la bonne entente qui s’est établie au plus haut niveau des deux Etats et du climat d’estime et d’amitié entre Français et Algériens». L’association appelle les dirigeants des deux pays à agir pour garantir «la durabilité de cette réconciliation». Au terme de la réunion susdite, les membres ont adopté à l’unanimité une déclaration approuvant et soutenant «l’objectif fixé par les présidents Bouteflika et Chirac à la refondation durable des relations franco-algériennes et l’établissement d’un partenariat d’exception ayant valeur d’exemple dans l’espace euro-méditerranéen». L’association souhaite voir la traduction de cet objectif «dans le Traité d’amitié qui devrait en décliner et expliciter les conséquences dans tous les domaines, politique, économique, social et culturel» et permettre à l’association de «veiller et de contribuer à la pérennité de cette amitié et de cette bonne entente entre les deux Etats et les deux peuples». Pour atteindre ces objectifs, l’Association France-Algérie s’est attelée à la tâche de «rassembler et diffuser par tous les moyens une information destinée à améliorer les images réciproques des deux pays». Comme autre but, l’association aspire à «constituer une force d’analyse et de proposition pour recommander les mesures et les comportements propres à faciliter, dans tous les domaines, l’instauration de relations de partenariat équilibré, soutenir toutes les initiatives tendant à établir ces partenariats entre les sociétés civiles et les collectivités territoriales des deux pays», notamment entre les jeunes des deux rives. L’association veut également «accorder une attention particulière aux relations entre entreprises des deux pays, notamment des PME». Le porte-parole de l’association annonce par ailleurs que le programme d’activités et le budget 2005 ont été approuvés en assemblée générale au terme de ladite réunion.

G. H.