Elections législatives : Lancement officiel de la mission d’observation de l’UE

Elections législatives : Lancement officiel de la mission d’observation de l’UE

El Watan, 16 avril 2012

La mission d’observation électorale de l’Union Européenne a animé lundi 16 avril un point de presse durant lequel le chef de la mission d’observation José Ignacio Salafranca Sanchez-Neyra, membre du parlement européen a annoncé le lancement officiel de la mission d’observation du srutin du 10 mai prochain.

Neuf experts accompagnent le chef de l’observation et dont les missions ont débuté il y a près de 20 jours. Pour rappel la mission est ici en Algérie tout au long du processus électoral à l’invitation de l’Etat Algérien.

Salafranca Sanchez-Neyra a axé ses propos sur le fait que les missions de l’Union Européenne constituent «des critères additionnels de transparence». «Nous sommes ici pour observer en tant qu’amis le processus électoral et non pour juger ou contrôler… », insistera le chef de l’observation.

La mission d’observation a été reçue dimanche 14 avril par le ministre de l’Intérieur et des collectivités locales, et à ce propos le conférencier a déclaré que «le ministère a accordé toutes les facilités pour le bon déroulement de la mission d’observation».

La mission suivra de près le processus électoral à commencer par la campagne électorale. «Même les couvertures médiatiques de la campagne électorale seront suivies. Ceci concernera les trois télévisions, les trois radios ainsi que 8 journaux », citera le chef de la mission d’observation.

40 observateurs européens de longue durée sont arrivés en Algérie le 10 avril qui seront déployés partout dans le pays.

Tour à tour ils seront renforcés par 60 observateurs de courte durée à partir du début du mois de mai. Une délégation du Parlement Européen composée de 7 membres sera en Algérie le 7 mai. Une autre délégation d’observateurs du personnel diplomatiques de l’UE viendra renforcer la mission le jour des élections. La mission de l’UE sera financée grâce au budget de l’UE.

La mission rendra public après les élections un rapport dans lequel elle « évaluera l’ensemble du processus électoral qu’elle mettra à la disposition des autorités ».

Hamida Mechaï


Campagne électorale : le constat amer de Mohand Said

Illégalités des moyens des partis politiques, retard de délivrance des numéros de partis, la négligence des autorités dans la lutte contre l’usage illégal de l’argent par les candidats sont autant de points noirs soulevés par le PLJ.

Lors d’une conférence de presse qu’il animé aujourd’hui, lundi, au second jour de la campagne électorale, au siège de son parti à Alger, M.Mohand Said, président du Parti de la liberté et de la Justice (PLJ) a mis en avant certains éléments de la campagne électorale lesquels, selon lui, favorisent les « vieux » partis contre les nouveaux.

«La campagne électorale est menée par des partis politiques avec des moyens inégaux, voire incomparables, ce qui place les nouveaux partis en position de faiblesse », a déclaré Mohand Said avant d’ajouter «tout le monde est témoin que les anciens partis ont profité à des degrés divers, et parfois avec une grande générosité des moyens et de l’aide de l’Etat d’une manière directe ou indirecte, tant dis que les nouveaux partis sont privés de toute aide étatique ».

D’ailleurs tenant compte de ses moyens limités, le PLJ a introduit une demande auprès du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales afin d’installer dans les lieux publics, choisis par le ministère, des tentes qui serviront de bureaux pour parer au manque de locaux. «Nos candidats ont jute besoin d’une chaise, une table et de quelques affiches. Ils iront s’installer dans des endroits publics et parleront directement avec les citoyens », nous dit pour sa part M.Mosttefa Hemissi, chargé de la communication et de la culture. A coté des meetings que ce parti organisera en ces trois semaines de campagne un travail de proximité dans les villages et quartiers est au programme, soutient Mohand Said.

Interrogé sur un éventuel retrait de son parti de ces élections législatives vu les failles qu’il a enregistré, M.Mohand Said a assuré que «dans l’état actuel des choses le parti ne pense pas du tout au retrait. En cas de détérioration nous allons voir ».

Les numéros de partis ont été délivrés ce matin par la commission nationale de contrôle des élections. Le PLJ correspond au bulletin numéro 1.

Mina Adel