Algérie : Bouteflika appelle le peuple à voter avec « sérieux » lors des législatives

Algérie : Bouteflika appelle le peuple à voter avec « sérieux » lors des législatives

Ferhat Yazid, Maghreb Emergent, 19 Février 2012

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a appelé aujourd’hui, dans un message adressé au secrétaire général de l’UGTA à l’occasion du double anniversaire de la création de l’UGTA et de la nationalisation des hydrocarbures, les Algériens à aller voter « avec sérieux » lors du prochain scrutin. Un message qui souligne que le président est hanté par le spectre de l’abstention, d’autant que l’Assemblée qui sera élue à l’issue de ce scrutin sera « mandatée pour participer, au nom de la Nation, à la révision constitutionnelle », point nodal de ses réformes.

Le président Bouteflika craint-il le phénomène de l’abstention ? Lors de sa convocation du corps électoral, le 9 février dernier, pour les élections législatives prévues pour le 10 mai prochain, le président de la République avait appelé tous les partis, syndicats et organisations de la société civile à œuvrer « ensemble » à la « mobilisation » des électeurs et électrices pour participer aux prochaines législatives. Maintenant, il s’adresse directement au peuple.

Le chef de l’Etat n’a pas raté ainsi l’occasion de la célébration du double anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures et de la création de l’UGTA (Union générale des travailleurs algériens) pour appeler le peuple à aller voter le jour du scrutin. Dans un message adressé aujourd’hui au secrétaire de l’UGTA et aux travailleurs algériens, Bouteflika a appelé « les Algériennes et les Algériens à élire avec sérieux et responsabilité leurs députés en mai prochain, pour doter le pays d’une nouvelle Assemblée nationale digne de la confiance du peuple, qui sera mandatée pour participer, au nom de la Nation, à la révision constitutionnelle ».

Le chef de l’Etat considère le scrutin de mai prochain comme une première étape pour le parachèvement de ses réformes politiques qui « permettront d’arriver au parachèvement d’un Etat de droit », en ouvrant la voie « à la participation des citoyens aux décisions qui les concernent ».

Bouteflika remercie le ciel pour les hydrocarbures

L’appel de Bouteflika aux Algériens sera-t-il entendu ? Pas si sûr, serions-nous tenté de répondre au vu du marasme dans lequel vit la majorité des Algériens, mortifiés par les dernières intempéries. Mais pour ce qui est des souffrances endurées par le peuple, le président est resté insensible. Il est allé jusqu’à affirmer que « pour l’heure, les hydrocarbures et les ressources financières qu’ils procurent au pays sont, et devront continuer à être, au service du bien-être de l’ensemble des Algériens ». Et ce, alors que depuis une dizaine de jours une bonne partie des Algériens n’arrive pas à se procurer une bonbonne de gaz butane en ces temps du grand froid. Qu’à cela ne tienne ! Bouteflika remercie le ciel pour les hydrocarbures qui « ont indéniablement contribué jusqu’ici au financement des grands accomplissements qui éclairent sur les ressorts de notre Nation ».

« Ces ressources naturelles non renouvelables demeurent encore un enjeu important et parfois même décisif du développement économique national et des évolutions géopolitiques internationales », soutient-il, sans souligner l’importance de la diversification de l’économie nationale. Il se réjouit des prouesses enregistrées au niveau de la production pétrolière et gazière ces quarante dernières années qui « place désormais l’Algérie parmi les pays leaders, alors que nos exportations ont plus que triplé durant la même période ». Il s’est également réjoui du lancement du plan quinquennal 2010-2014, dotés d’une enveloppe de 286 milliards de dollars, qui témoigne selon lui de « notre volonté irréfragable de donner, malgré un environnement international chaotique du fait d’une grave crise économique et d’un contexte régional à la recherche de sa stabilisation, une qualité nouvelle aux réponses à donner à toutes ces questions et de réserver, dans ce cadre, à la jeunesse la part du lion dans le plan quinquennal en cours ».