Les relations entre l’Algérie et l’Allemagne sont « traditionnellement bonnes et amicales »

Grands sacrifices

 

http://www.german-foreign-policy.com , 18 octobre 2004

ALGER – Le chancelier allemand réclame de la population algérienne de ,,grands sacrifices » au profit d’une ouverture de l’économie du pays aux entreprises allemandes. L’Allemagne entend en particulier monter davantage en puissance dans le secteur algérien de l’énergie, a déclaré Schroeder lors d’une visite à Alger. Ce faisant, Berlin entre en conflit avec les intérêts de plusieurs Etats riverains de la Méditerranée, dont la France et l’Italie, largement dépendants des livraisons algériennes en gaz naturel. Le voyage du chancelier s’inscrit dans une longue série de tentatives de l’Allemagne d’affaiblir à grand renfort de soutiens à l’économie et d’aides aux services secrets l’influence de la France dans son ancienne colonie.

Contre les USA Parmi les sujets de discussion entre Schroeder et le président algérien Bouteflika, on trouve également le resserrement des liens entre l’Algérie et l’UE. Le gouvernement d’Alger a, ces dernières années, étendu ses relations politiques avec Washington ( ,,Lutte contre le terrorisme international » ) parallèlement à une intensification de sa coopération économique avec les USA. Face à cette tendance, le chancelier allemand, secondé par une délégation de 25 représentants de l’économie (entre autres de Siemens, MAN-Ferrostaal, Bilfinger Berger, Linde, Wintershall, RWE Dea), a demandé l’attribution de commandes lucratives à des entreprises allemandes. Sont concernés d’importants projets d’infrastructures (extension d’aéroports, autoroutes, métro, approvisionnement en eau). En novembre, Berlin va dépêcher à Alger un coordinateur spécial pour les relations économiques germano-algériennes. La société algérienne doit consentir de ,,grands sacrifices » pour restructurer son économie, a déclaré Schroeder, ,,car un tel processus de transformation a certes beaucoup de gagnants, mais évidemment aussi des perdants » .

Contre la France: …

Comme Schroeder l’a déclaré à Alger, les entreprises allemandesentendent en outre monter davantage en puissance dans le secteur algériende l’énergie. Le gaz algérien est actuellement pompé parl’intermédiaire de gazoducs vers l’Italie et l’Espagne, dans les années à venir,d’autres canalisations doivent être posées pour permettre des livraisonsencore plus importantes de gaz en provenance d’Algérie. Ce sont surtoutl’Italie, la France, l’Espagne et le Portugal qui sont dépendants desressources énergétiques algériennes, une influence croissantede l’Allemagne dans ce secteur porterait donc directement atteinte aux intérêtsde ces Etats, singulièrement de l’ancienne puissance coloniale qu’estla France. Le chancelier allemand a déposé, au cours de son séjourofficiel en Algérie, une couronne devant le monument aux victimes algériennesde la guerre d’indépendance contre la France. 1)

… Economie…

La politique algérienne antifrançaise du gouvernement allemandremonte à l’époque qui a précédé l’indépendancealgérienne proclamée le 5 juillet 1962. Entre 1950 et 1978, cepays était en tête des pays arabes dans la liste des échangesbilatéraux de la RFA (y compris des échanges commerciaux privés)avec presque 4,2 milliards de DM, tandis qu’il se plaçait au deuxièmerang des Etats arabes concernant les investissements directs. 2) A la fin desannées 80, la RFA avait atteint en Algérie un niveau d’influencequi lui assurait un excédent d’exportations d’environ 2,5 milliards d’euros.La guerre civile larvée qui sévit en Algérie pendant lesannées 90 provoqua un fort recul de l’économie allemande, alorsque dans le même temps ses positions en Libye souffraient du litige entreTripoli et Washington.

… et services secrets

Depuis 1949, la politique algérienne antifrançaise de l’Allemagneva de pair avec une collaboration des services secrets. D’anciens agents nazisdes services de contre-espionnage ( ,,Abwehr » ) en Afrique du Nord mirentleurs agents de liaison tout d’abord à la disposition de ,,l’organisationGehlen » , puis de la nouvelle DST de la RFA (BND Bundesnachrichtendienst).Par la suite, le BND et le FLN algérien ont étroitement collaboré.Cette coopération concerna des livraisons d’armes et des actes de terrorismecontre des centres français d’approvisionnement en Afrique du Nord.

Permis de séjour

A l’époque de la perte d’influence économique de l’Allemagne dansles années 80 et 90, les services secrets allemands (BND) intensifièrentleurs activités en Algérie comme en Libye. En Libye, le BND assurala formation de la garde du président et d’agents secrets libyens et fournitune logistique militaire et de renseignement à Tripoli, rapporte l’experten services secrets Erich Schmidt-Eenboom. 3) En Algérie en revanche,selon les dires de Schmidt-Eenboom, le BND a soutenu le FIS qui menait une guerrecivile contre la junte militaire de l’époque. 4) Les services secretsallemands ont permis la livraison d’armes et d’équipement radio à l’organisationterroriste et ont formé des activistes, tandis que des politiciens duFIS en exil se voyaient accorder un permis de séjourner en Allemagne.5) Le but recherché était, selon Schmidt-Eenboom, de mettre unterme au monopole économique français en Algérie aprèsune éventuelle prise de pouvoir du FIS islamiste.

Contacts diplomatiques

Comme l’écrit actuellement le ministère des affaires extérieures,les relations politiques entre l’Algérie et l’Allemagne sont ,,traditionnellementbonnes et amicales » . ,,Même dans les années 90, lorsquel’Algérie était frappée de manière inéditepar le terrorisme islamiste, l’Allemagne a entretenu ses contacts diplomatiquesavec l’Algérie. »

1) voir aussi http://www.german-foreign-policy.com/fr/news/article/1097013600.php
2) Karl Kaiser, Udo Steinbach (Hg.): Deutsch-arabische Beziehungen. Schriftendes Forschungsinstituts der Deutschen Gesellschaft fuer Auswaertige Politik e.V.Bonn, Muenchen/Wien 1981, p. 170ff
3) ,,Deutsche Parlamentarier sind erfahrungsgemaess geschwaetzig » . ErichSchmidt-Eenboom ueber Klaus Kinkel, ,,nasse Sachen » und die Lohnschreiberdes BND; Berliner Zeitung 17.06.1995
4) ,,Die neuen Spione » ; ARTE 14.12.1995
5) voir aussi http://www.german-foreign-policy.com/fr/news/article/1082844000.phpet http://www.german-foreign-policy.com/fr/news/article/1082239200.php

Sources:
Kreise: Libyen-/Algerien-Reise soll Oellieferbeziehungen staerken; www.vwd.de14.10.2004
Schroeder: Gute Basis fuer Erfolg der algerischen Reformen; reuters 16.10.2004
Schroeder ruft zu verstaerkten Reformen auf; www.sueddeutsche.de 16.10.2004
Kanzler wirbt in Algerien fuer mehr Handel; Freie Presse 17.10.2004