Trois heures pour Ali Mécili

INVITATION À l’initiative des amis d’Ali Mécili Trois heures pour Ali Mécili

Le vendredi 20 avril 2007

à partir de 16 h 30

Hôtel de Ville de Paris

Salon des arcades. Entrée : 3, rue de Lobau, 75004 Paris

 

IMPORTANT : pour pouvoir assister, il est impératif de s’inscrire en envoyant nom et prénom, avant le 19 avril, à l’adresse : [email protected]

Accueil par Khedidja Bourcart, adjointe au Maire de Paris, chargée de l’intégration et des étrangers non communautaires.

Avec la participation de : Hocine Aït-Ahmed (président du FFS), Patrick Baudouin (président d’honneur de la FIDH), Hélène Flautre (députée européenne), Bernard Kouchner, Véronique Nahoum-Grappe (anthropologue, EHESS).

Et avec le soutien de  : Fédération internationale des ligues des droits de l’homme, Ligue des droits de l’homme (France), Algeria-Watch, Cedetim.

Le 7 avril 1987, l’avocat Ali Mécili, né André, compagnon de Hocine Aït-Ahmed, était assassiné à Paris. Vingt ans après, alors que la vérité est connue sur les commanditaires de son assassinat – les services secrets algériens -, justice ne lui a pas encore été rendue.

Ali était français et algérien à la fois, berbère aussi, et il mariait avec jubilation ses trois identités, ne s’enfermant dans aucune. De cette appartenance multiple, il avait fait une force vive au service du combat qu’il a livré sa vie durant pour la vérité, la justice et la liberté, pour le respect des droits de l’homme et pour l’instauration de la démocratie en Algérie.

En des temps devenus déraisonnables, nous avons plus que jamais à apprendre de lui et de sa clairvoyance politique.

« Lorsqu’on ne sait plus discerner le vrai de ce que l’on donne pour vrai, le faux de ce que l’on donne pour faux, on accède au stade ultime de la dépolitisation, propice aux renouvellements de toutes les aventures fascisantes. »

Ali Mécili, Libre Algérie , août 1986.