Après des «contrôles médicaux» à Grenoble: Bouteflika rentre à Alger

Après des «contrôles médicaux» à Grenoble: Bouteflika rentre à Alger

par Yazid Alilat, Le Quotidien d’Oran, 16 novembre 2016

Après plus d’une semaine passée pour des «contrôles médicaux périodiques» à Grenoble, dans l’Isère, le président Abdelaziz Bouteflika a regagné, hier, Alger. Selon un communiqué de la présidence de la République, le chef de l’Etat «a regagné le pays ce mardi 15 novembre 2016, à l’issue d’une visite privée à Grenoble, durant laquelle il a effectué des contrôles médicaux périodiques».

Le journal le Dauphiné Libéré de Grenoble avait indiqué, en début d’après-midi, sur son site que le président Bouteflika avait quitté hier mardi la clinique d’Alembert vers 13h35.  »Le convoi d’Abdelaziz Bouteflika, le président algérien hospitalisé depuis huit jours à Grenoble, vient de quitter la clinique d’Alembert », indique le Dauphiné Libéré, qui précise que le président Bouteflika  »vient de quitter le Groupe hospitalier mutualiste de Grenoble, avec un convoi d’une demi-douzaine de véhicules, escortés par les motards de la police nationale. » Le cortège  »était fermé par des motards de la police nationale composé d’une grosse berline, d’au moins une voiture de police banalisée et d’un minibus. C’est dans ce second convoi qui s’est engagé dans la rue Ampère jusqu’à la rue Diderot et le pont du Vercors avant d’entrer sur l’A480 que se trouvait le président algérien », relate la même source.

Un communiqué de la Présidence avait annoncé que Bouteflika s’était rendu le 7 novembre dernier à Grenoble pour  »des contrôles médicaux périodiques ». Le Président a déjà séjourné dans cette clinique où opère le Dr Jacques Monségu, son cardiologue traitant, qui le suivait déjà lorsqu’il se déplaçait à l’hôpital militaire français du Val de Grâce, à Paris. Bouteflika est déjà venu à deux reprises à Grenoble consulter le docteur Jacques Monségu. Il y a deux ans quasiment jour pour jour, il avait fait un bref passage au Groupe hospitalier mutualiste, du 13 au 15 novembre 2014, également pour des examens et des contrôles médicaux. Ensuite, le 4 décembre 2015, le président avait passé une nuit dans le service cardiologie du GHM pour, avait indiqué la présidence dans un communiqué, pour effectuer «des contrôles médicaux périodiques».

Selon plusieurs sources non confirmées, le président Abdelaziz Bouteflika aurait subi cette fois des examens exploratoires pour tester sa capacité à recevoir un implant stimulateur qui l’aiderait, en cas de réussite de l’opération, à retrouver une motricité complète et une meilleure élocution. Au lendemain de sa désignation comme nouveau secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbes, questionné sur l’état de santé du président Bouteflika avait indiqué qu’  »il y a une évolution très favorable de son état de santé, ses dernières activités le prouvent ».