Le foot éclipse les débats de l’APN

EXAMEN DU PROJET DE LOI DE FINANCES 2010

Le foot éclipse les débats de l’APN

L’Expression, 19 Novembre 2009

Le calendrier de l’APN a été modifié

Bien qu’il s’agit d’un texte important qui englobe toutes les dépenses et les recettes de l’Etat, le foot a capté l’esprit des parlementaires.

Le match décisif d’hier a détourné tous les regards. L’APN, qui a entamé le chantier du projet de la loi de finances 2010, a été désertée. Les travaux ont été poursuivis pour le troisième jour consécutif dans une ambiance morose. Sur 389 députés que compte la chambre basse, environ 85 étaient présents à la séance d’hier.
Les députés ont vidé les lieux pour aller assister à l’événement au Soudan. Même ceux qui devaient intervenir à la séance d’hier ne se sont pas présentés. Pas besoin d’excuse, Mondial oblige! D’ailleurs, le président de l’Assemblée, qui a chapeauté les débats, a tenu à souligner l’absence d’un bon nombre d’élus qui sont partis pour soutenir l’Equipe nationale. Effectivement, les députés ont préféré quitter les gradins de l’hémicycle pour se rendre au stade de Khartoum afin d’assister au match choc entre l’Equipe nationale et celle de l’Egypte. Ils étaient plus de deux cents parlementaires, entre sénateurs et députés qui se sont mobilisés pour la finale.
Un vol spécial était prévu pour eux. Malheureu-sement, ces derniers n’ont pas fait le déplacement. Seulement vingt-sept députés ont réussi à rejoindre la capitale Khartoum. «Nous ne sommes pas partis, faute de vol», déclare Khiri Aïssa, député FLN. «Nous étions un groupe de plus de 200 parlementaires à partir pour le match, en vain. Le vol prévu n’a pas été programmé», explique-t-il avec déception. Ces derniers ont passé presque une nuit blanche. «Nous sommes partis de l’APN vers une heure du matin pour prendre le vol, mais nous avons attendu plus de trois heures de temps et il n’y avait aucun vol», témoigne-t-il en signalant l’absence des agents concernés. «Il n’y avait personne pour nous orienter, même le chef d’escale n’avait pas d’information», précise notre interlocuteur. Les parlementaires ont même tenté de contacter le patron de la compagnie, sans résultat. Deux femmes députées faisaient partie du groupe. Croisées dans le hall de l’APN, les deux parlementaires avaient une petite mine et paraissaient déçues. «J’aurais bien aimé partir à Khartoum pour soutenir notre Equipe nationale», avoue Yamina Ghrib, députée du FLN. «C’est mal organisé», intervient sa consoeur du RND. A l’instar de ceux qui sont partis, les députés présents hier, avaient l’esprit ailleurs. La finale a complètement focalisé l’attention. Dans les couloirs, ça parlait que de foot. «Je suis venu pour assister, mais finalement je n’ai plus la tête pour me concentrer», confie un député du RND. Même les intervenants ont tous mis l’accent sur le match. Pourtant, il ne s’agit pas d’un simple texte à poster.
C’est le projet de loi de finances 2010, qui revêt une grande importance. C’est toute la gestion des dépenses et des recettes de l’Etat pour l’année prochaine, qui est en jeu. «C’est bien dommage que l’examen du projet soit intervenu dans un contexte pareil où tout le monde est branché sur le foot», regrette le président de la commission des finances et des budgets. Et de renchérir: «C’est un projet très important, mais le débat est très froid.» Certains députés ont demandé le report des débats, mais au regard du calendrier très serré pour l’adoption de la loi dans les délais et l’approche de l’Aïd, le programme de plénière a été maintenu. En raison du match, le bureau de l’APN a dû modifier son calendrier pour permettre aux élus de suivre la finale à l’aise. Après la séance d’hier matin, l’Assem-blée a clôturé les débats pour reprendre dimanche prochain. Après une journée de débats, les chefs de groupes parlementaires interviendront lundi après-midi. L’adoption du texte est prévue le 2 décembre prochain, soit après l’Aïd.

Nadia BENAKLI