Mouvement dans le corps des walis

6 DEPARTS, 5 PROMOTIONS ET 22 PERMUTATIONS

Mouvement dans le corps des walis

Le Quotidien d’Oran, 18 août 2004

Le président nomme et met fin aux fonctions, il n’est pas forcé de s’expliquer. Mais les départs risquent de sembler plus parlants que les permutations.

Le mouvement des walis qui était dans l’air depuis plusieurs semaines a été annoncé hier par la présidence de la République. Les départs ou, pour reprendre la terminologie du communiqué officiel, les «cessations de fonctions» auront été plus modestes que ceux qui ont été annoncés par la rumeur. Du point de vue des chiffres, on a 6 départs, 5 nouveaux promus et 22 permutations de postes. Sans surprise, l’attention va se focaliser sur les «partants» parmi lesquels on retrouve le wali d’Alger, Abdelmalek Nourani, ainsi que le wali d’Oran, Kouadri Mostefaï. Trois autres walis cessent leurs fonctions: Zemmouri Abderahmane (Jijel), Athmani Mokhtar (Tissemsilt), Tahidousti Mokhtar (Mila) et Ouali Abdelkader (Batna).

Dans le cas de Abdelmalek Nourani, souvent au centre des polémiques et notamment durant la bataille de chiffonniers autour du FLN à la veille de l’élection présidentielle, le communiqué officiel précise que sa cessation de fonctions intervient «à sa demande». Histoire de couper court aux lectures que ne manquerait pas de susciter un «limogeage» d’un homme qui passe pour être très proche du cercle présidentiel. Bref, on signifie que c’est sur sa seule volonté que le wali d’Alger quitte ses fonctions. Il est remplacé par l’actuel wali de Djelfa, Addou Mohamed, qui monte vers la capitale. Une promotion remarquée surtout qu’avec l’affaire Hafnaoui Ghoul, la wilaya de Djelfa n’avait pas vraiment bonne presse.

Les cinq autres walis qui remettent le tablier ne bénéficient pas, apparemment, des mêmes égards dus à Nourani. Tous les cinq sont «appelés à d’autres fonctions», formule bateau qui peut prêter à toutes les lectures possibles. Dans le fonctionnement de l’administration algérienne, on peut être effectivement appelé à exercer d’autres fonctions. Mais la formule sert aussi à signifier une mise sur voie de garage ou tout simplement un limogeage. Il est en général difficile d’avoir des appréciations sur l’action de ces walis, la perception qu’on en a localement n’est pas forcément la même qu’au niveau du pouvoir.

En tout état de cause, les nominations et les fins de fonctions dans la haute administration sont un pouvoir régalien du président de la République. Et le communiqué qui n’est assorti d’aucun commentaire sur la signification du mouvement – ce fut le cas dans le passé – le rappelle bien en citant bien l’article 78/9 de la Constitution. Le résultat des dernières élections présidentielles explique sans doute que l’on ne fasse plus usage de ces commentaires d’explications ou de justifications qui accompagnaient les mouvements des walis ou même des remaniements ministériels. Il faudra attendre dans les semaines et les mois qui viennent et l’éventuelle affectation à de nouvelles fonctions pour comprendre si les walis partants ont écopé d’un «jugement négatif» sur leur mandat ou s’il s’agit d’un mouvement ordinaire au sein de la sphère préfectorale.

A moins bien entendu que le ministre de l’Intérieur ne décide d’expliquer et de donner un sens à ces départs. Toujours est-il que la deuxième ville du pays, Oran, aura pour wali un «voisin» en la personne de Zoukh Abdelkader qui arrive de Mostaganem. Les départs ont en tout cas permis de nouvelles promotions. Trois walis délégués et deux secrétaires généraux de wilaya accèdent à des postes de wali. Mais le gros du mouvement consiste cependant en des permutations, ce qui est dans l’ordre des choses, la règle étant de ne pas laisser les walis s’installer trop longtemps dans une wilaya. Les 22 mutations ou permutations entrent dans le cadre de ce fonctionnement devenu classique.

M. Saâdoune

——————-

La liste a été rendue publique hier

Mouvement dans le corps des walis

Par APS, Liberté, 18 août 2004

Le président de la République, conformément aux dispositions de l’article 78/9 de la Constitution, a procédé hier au mouvement, ci-après, dans le corps des walis :

1- Nomination de walis
Nom et prénoms et l’affectation actuelle
1- Kadi Abdelkader (wali délégué de Bab El-Oued) wali de Aïn Defla
2- Tifour Boualem (secrétaire général de la wilaya de Saïda) wali d’Illizi
3- Ziani Mohamed (wali délégué de Zéralda) wali d’El-Bayadh
4- Maabed Ahmed (wali délégué de Hussein-Dey) wali de Jijel
5- Ouchène Mohamed (secrétaire général de la wilaya d’Alger) wali de Tipasa

2- Mutation de walis
1- Bengayou Brahim : de Sidi Bel-Abbès à Batna
2- Agoudjil Saad : de Saïda à Biskra
3- Boukherrouba Brahim : de Souk- Ahras à Béchar
4- Harfouche Nourddine : de Médéa à Tébessa
5- Bedoui Noureddine : de B. B. Arréridj à Médéa
6- Addou Mohamed Kebir : de Djelfa à Alger
7- Hamou Ahmed Touhami : de Béchar à Djelfa
8- Raffa Mohamed El-Kebir : de Illizi à Saïda
9-Melizi Tahar : de Annaba à Skikda
10- Bensebane Zoubir : de Tlemcen à Annaba
11- Nouri Abdelwahab : de Sétif à Tlemcen
12- Hamdi Belkacem : de M’sila à Guelma
13- Zerhouni Nouria Yamina : de Tipasa à Mostaganem
14- Menaa Mohamed Salah : de Biskra à M’sila
15- Merzoug Larbi : de Tébessa à Mascara
16- Zoukh Abdelkader : de Mostaganem à Oran
17- Kadid Abderrahmane : de Mascara à B. B. Arréridj
18- Adli Ahmed : de Aïn Defla à Tissemsilt
19- Tahri Miloud : de Relizane à Souk-Ahras
20- Bentabet Mokhtar : de Guelma à Sidi Bel-Abbès
21- Salhi Djamel-Eddine : de Skikda à Mila

3- Cessation de fonction de walis :
01- Nourani Abdelmalek (Alger) à sa demande
02- Kouadri Mostefaï Mostefa (Oran) a été appelé à d’autres fonctions
03- Zemmouri Abderrahmene (Jijel) a été appelé à d’autres fonctions
04- Athmani Mokhtar (Tissemsilt) a été appelé à d’autres fonctions
05- Tahidousti Mokhtar (Mila) a été appelé à d’autres fonctions
06- Ouali Abdelkader (Batna) a été appelé à d’autres fonctions

4- Nominations de walis délégués
01- Boubekeur Abderahmene (Inspecteur général de la wilaya d’Alger) wali délégué de Sidi M’hamed
02- Meziane Saïd (secrétaire général de la wilaya de Guelma) wali délégué de Bab El-Oued
03- Ould Salah Zitouni (secrétaire général de la wilaya de Aïn Témouchent) wali délégué de Chéraga
04- Rouabhi Amar (secrétaire général de la wilaya de M’sila) wali délégué de Bouzaréah
05- Boucetta Aboubakr Essedik (chef de daïra de Nedroma à Tlemcen) wali délégué de Hussein-Dey
06- Redjimi Abdellah (chef de daïra de Maghnia à Tlemcen) wali délégué de Zéralda

5- Mutation de walis délégués :
01- Benmansour Abdellah (wali délégué de Chéraga) wali délégué de Dar El-Beïda

6- Cessation de fonction de walis délégués
– Miroud Mohamed wali délégué de Sidi M’hamed a été appelé à d’autres fonctions
– Amar Mouhoub Djamila wali délégué de Bouzaréah a été appelée à d’autres fonctions

7- Nomination de secrétaire général de la wilaya d’Alger
– Djamaa Mahmoud (wali délégué de Dar El-Beïda) secrétaire général de la wilaya d’Alger.