Ex-détenus pour terrorisme à nouveau arrêtés

Ex-détenus pour terrorisme à nouveau arrêtés

« Correction d’une erreur commise par des juges » selon le ministre

El Khabar, 9 avril 2006

Le Ministre de la Justice Garde des Sceaux, Tayeb Belaïz, a estimé que la réarrestation de Abdelmadjid Dahoumène, Mourad Yakhlef, Adel Boumazbar et Mhamed Benyamina, tous accusés dans des affaires liées au terrorisme à l’étranger, faisait office de « correction d’une fausse situation », et que leur libération dans le cadre de la réconciliation « était une erreur professionnelle commise par des juges ».
Aux questions et interrogations des familles des quatre prisonniers et de leurs avocats, concernant les raisons de leur nouvelle arrestation, en marge de la visite du président Bouteflika au quartier de « Oued Koreïch » de la capitale, le ministre de la Justice a répondu que ces personnes, arrêtées après avoir été libérées, « n’étaient pas concernées par les mesures de la réconciliation nationale ». Car Ils sont « impliqués dans des affaires d’usage d’explosifs et de planification de grandes opérations armées », explique-t-il. Le ministre ajoute que et ce sont-là des cas dont les auteurs sont exclue de la charte pour la paix et la réconciliation nationale.
Concernant leur arrestation après quelque semaines de leur libération, le ministre de la Justice a indiqué que « les juges chargés d’émettre les décisions de libération ont commis une faute professionnelle ».
Mhamed Benyamina a été libéré, en Mars dernier, dans le cadre des dispositions de la réconciliation, après six mois de détention administrative à cause d’un mandat d’arrêt lancé à son encontre par le parquet français, qui l’accuse d’avoir commandité les opérations terroristes ciblant la Direction de Surveillance du Territoire (DST, service de renseignements français), l’aéroport d’Orly et le Métro de Paris. Ce que l’accusé a catégoriquement nié. Ce dernier avait précédemment déclaré à El Khabar qu’il allait se rendre en France pour le procès.
Pour ce qui est de Dahoumène, Yakhlef et Boumezbar, ils ont été arrêté dans une affaire concernant les attaques du millénaire, au sujet desquelles Etats Unis accusent Ahmed Rassam d’être le commanditaire. Ils ont été relâchés en Mars dernier et arrêtés début avril. La famille Boumazbar a nié toute relation avec l’affaire, et a démenti que leur fils soit demandé par les Etats Unis d’Amérique. Les quatre se trouvent actuellement à Serkadji, à Alger.

2006-04-09
Hamid Yes