Le ministre de l’intérieur annonce 500 terroristes neutralisés

Le ministre de l’intérieur annonce 500 terroristes neutralisés

Zerhouni : “On ne peut empêcher un terroriste de se rendre”

Nadia Mellal, Liberté, 4 septembre 2006

Le ministre de l’Intérieur a laissé hier la porte ouverte à la réconciliation en affirmant que l’État n’allait pas empêcher les terroristes de se rendre. “Si quelqu’un veut se rendre,
allez-vous lui dire non, retourne au maquis ?” a déclaré Yazid Zerhouni.

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Yazid Zerhouni, s’est exprimé, hier, en marge de la séance d’ouverture officielle de la session d’automne de l’Assemblée populaire nationale (APN), sur les résultats de la mise en œuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale. “Les résultats de la charte sont satisfaisants, mais pas assez !” a indiqué le ministre de l’Intérieur à l’adresse des journalistes sans toutefois fournir de plus amples précisions.
Sans doute attend-il le bilan de la commission de suivi et de la mise en œuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale devant se réunir mercredi prochain, comme annoncé, samedi passé, par le Chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem, au sortir d’une réunion de l’exécutif de son parti, le Front de libération nationale (FLN). Le ministre de l’Intérieur avancera toutefois au Sénat quelques chiffres en réponse aux sollicitations de la presse. “Environ 500 terroristes ont été soit abattus ou capturés par les services de sécurité sur une période d’une année”, relève-t-il.
Cependant, sur la question de savoir si les délais prévus par la charte seront respectés, le ministre de l’Intérieur a été catégorique : “Si un terroriste demande à se rendre après l’expiration des délais de la charte quelle serait votre attitude ?” Le ministre de l’Intérieur répondra par une interrogation : “Si quelqu’un veut se rendre, allez-vous lui dire non, retourne au maquis ?” Et d’indiquer : “On ne va pas lui dire non, ne descends pas !” Expliquant que jusqu’à l’heure actuelle les délais de la charte n’ont pas été prorogés comme l’a affirmé son Chef du gouvernement, Abdelaziz Belkhadem, laissant le soin au président de la République d’intervenir sur ce chapitre. Zerhouni affirmera que “les portes de la réconciliation nationale ne seront pas fermées”. Sur sa lancée, le ministre de l’Intérieur emboîtera le pas au Chef du gouvernement en soulignant que les commissions de wilaya, chargées du suivi de la charte, “travaillent encore même après l’expiration du délai de sa mise en œuvre”.
Quid de la lutte contre le terrorisme ? “Elle se poursuivra !” précise le ministre de l’Intérieur. Il faut savoir que depuis le début de la mise en œuvre de la charte, le ministre avait, à maintes reprises, procédé à des évaluations partielles.
En juin dernier, il avait avancé le chiffre de “200 terroristes qui se sont rendus aux autorités”.
Le 20 août dernier, soit dix jours avant l’expiration du délai accordé aux groupes pour déposer les armes et alors que des partis politiques plaidaient pour une prorogation des échéances, Yazid Zerhouni avait implicitement rejeté cette éventualité arguant du fait que l’application des dispositions de la charte était toujours en cours.
Il avait également annoncé qu’“entre 250 et 300 terroristes se sont rendus avec leurs armes aux services de sécurité”.
À propos du nombre de terroristes encore en activité dans les maquis, il avait estimé à “800 éléments” tout en notant que “les attentats terroristes sont en baisse et que les derniers en date sont l’œuvre du GSPC”.

NADIA MELLAL