Week-end complet pour le secteur scolaire

Après une semaine de tractations syndicats-ministère

Week-end complet pour le secteur scolaire

El Watan, 24 août 2009

Les écoliers bénéficieront désormais de deux journées et demie de repos, mais l’année scolaire sera constituée de 35 semaines au lieu de 27 par le passé. Le ministre de l’education nationale, en concertation avec les partenaires socioprofessionnels du secteur, a décidé après plusieurs réunions de consacrer le vendredi et le samedi (week-end) comme journées de repos, en sus du mardi après-midi.

L’option de la réduction de la durée de la séance des cours de 60 minutes à 45 minutes n’a pas été retenue, car son application nécessite une préparation sérieuse. Hier, après plus de deux heures de débats, certains leaders de syndicats ont avancé des propositions concrètes allant dans le sens de l’intérêt de l’élève, alors que d’autres, à l’image de Boudjenah de la SNTE, ont fait beaucoup plus dans la démagogie. En dépit de la décision du gouvernement décrétant le vendredi et samedi jours de repos, M. Boudjenah trouve le moyen de demander au ministre l’application au secteur de l’éducation l’ancien week-end (jeudi et vendredi), comme il a informé l’assistance d’une lettre adressée au président de la République lui suggérant de revoir la décision du week-end semi-universel ! Benbouzid en a pris acte…

Revenant à l’ouverture des débats et partant du principe que l’ensemble des concernés était favorable à la réduction de la séance de cours de 60 minutes à 45 minutes, M. Ider, conseiller du ministre, a présenté à l’assistance le nouveau projet qui prend en considération cette nouvelle donne. Après réflexion, les syndicats n’ont certes pas rejeté le travail exposé par le conseiller du ministre, mais ont estimé que son application dans l’immédiat allait poser un énorme problème, d’où la proposition du ministre de reporter cette nouvelle disposition à l’année prochaine. « Le projet n’a pas fait l’objet d’un examen approfondi et n’a pas pris en compte les préoccupations des enseignants », ont relevé les syndicats. Le coordonnateur national du Conseil national autonome des enseignants du secondaire et technique (Cnapest), El Arbi Nouar, a réfuté le nouveau projet de réduction de l’unité pédagogique qui consacre 24 sessions hebdomadaires pour l’enseignant du secondaire, en expliquant qu’ils ne font pas de concession sur le volume horaire actuel qui est de 18 sessions. De son avis, ajouter une nouvelle séance de 45 minutes pendant la matinée réduira la pause-déjeuner de l’élève à 40 minutes sans tenir compte de l’absence de cantines scolaires et le demi-pensionnat dans beaucoup d’écoles, ce qui pourrait, selon lui, exposer de nombreux élèves aux dangers alimentaires et à l’insécurité dans la rue.

Un autre syndicaliste a souligné que l’enseignant attendait un allégement du programme, d’autant qu’il assure de 22 à 24 heures de cours par semaine, précisant que « l’élève sera abattu psychologiquement après 10 heures de cours par jour ». Suite à ces répliques, le ministre a tenu à préciser que « cette méthode appliquée dans plusieurs pays est à mon sens excellente, mais nous n’allons pas l’appliquer cette année, car il nous faut du temps pour la peaufiner, pour bien l’étudier afin de bien l’assimiler. Nous allons pour le moment recourir à des opérations pilotes au niveau des trois paliers et à travers tout le territoire national », a expliqué le ministre. Sur ce point M. Mériane conteste le recours à des expériences pilote et estime que « nos enfants » ne doivent pas être utilisés comme des cobayes de laboratoire. « Au lieu de recourir à des expériences sur les élèves, le département de Benbouzid aurait dû consulter au préalable les spécialistes en la matière », a lancé M. Mériane, qui regrette la politique du tâtonnement suivie en Algérie alors qu’à travers le monde, il y a l’installation de groupes spécialisés chargés de trouver des solutions à des problèmes qui se posent au niveau du secteur de l’éducation. Le responsable du secteur promet d’étudier la proposition en annonçant l’installation après le Ramadhan d’une commission chargée de se pencher sur la thématique des 45 minutes et son mode d’application, le partenaire social y siégera.

Pour ce qui est de la journée du vendredi, selon certaines indiscrétions, le ministre de tutelle a refusé de consacrer sa demi-journée à l’enseignement de crainte que quelques enseignants exploitent cette matinée à des fins autres que la dispense de cours programmés. S’agissant de la répartition des sessions de cours hebdomadaires, le ministre compte sévir en menaçant de recruter 1000 inspecteurs qui contrôleront les enseignants « tricheurs ». Il affirme dans ce sens que les enseignements seront effectivement assurés jusqu’à la fin de l’année scolaire, qui sera clôturée le 4 juillet 2010, tout en précisant que l’année scolaire 2009-2010 sera constituée de 35 semaines contre 27 semaines les années précédentes. De ce fait et contrairement aux pratiques des années passées, le mois de juin sera consacré exclusivement aux cours et à l’évaluation des connaissances et des compétences acquises. M. Benbouzid veut, à travers une progression équilibrée des cours et une plus grande rationalité dans la gestion pédagogiques, la finalisation du programme scolaire dans les règles et bannir à jamais le recours à la précipitation ou au bourrage. « Il existe des enseignants qui tentent par tous les moyens de finir le programme avant même le mois de mai. Ce qui est insensé. Des inspecteurs contrôleront chaque étape d’enseignement pour vérifier si l’enseignement de chaque chapitre est respecté par les enseignants », menace M. Benbouzid qui a, en outre, critiqué ceux qui ont plaidé pour le report de la rentrée scolaire. Cette dernière aura lieu le 13 septembre, les cours s’étaleront jusqu’au 20 juin 2010 et l’année se terminera le 4 juillet. Par ailleurs, les élèves bénéficieront de 45 jours de vacances, soit 5 jours de plus que l’année précédente. Concernant les examens de fin d’année, le bac aura lieu du 13 au 17 juin 2010, le BEM du 20 au 22 juin 2010, alors que celui de fin du cycle primaire, la première session aura lieu le 9 juin et la seconde le 29 juin 2010.

Par Nabila Amir