Sellal aujourd’hui à Ouargla : une visite et des questions

Sellal aujourd’hui à Ouargla : une visite et des questions

El Watan, 9 avril 2015

Le programme officiel de la visite du Premier Ministre, Abdelmalek Sellal, à la wilaya de Oaurgla, n’était pas encore définitivement établi, mercredi en fin d’après-midi.

Loin d’être rendu public, sans doute par souci de sécurité à quelques heures de la visite, la cellule de préparation de cette tournée marathonienne y travaillait d’arrache-pied depuis quelques jours, notamment à Touggourt, Hassi Messaoud et Ouargla ou le Premier Ministre doit se rendre successivement ce jeudi tôt dans la matinée pour « constater de visu » l’état d’avancement de projets structurants tels que la voie ferrée ‘’boucle du sud’’, le projet de la ville nouvelle de Hassi Messaoud, le futur CHU de Ouargla, la faculté de médecine et le chantier du futur institut national de formation des enseignants.

L’événement prend donc l’aspect d’une simple visite d’inspection pour « cerner les défaillances » et « ajuster les programmes de développement » avec pour objectif non annoncé « la promotion de la wilaya de Ouargla en métropole du sud » avec des « infrastructures à rayonnement régional visant à rapprocher des services de référence du citoyen du sud ». Il s’agit là des contours d’un programme axé sur les grandes thématiques de l’heure pour l’ensemble des wilayas du sud dont Ouargla se positionne de plus en plus comme le centre névralgique et… le thermomètre.

Population désintéressée

Loin de la machine officielle, une ambiance d’attente et d’inquiétude à la fois régnait sur Ouargla à la veille de cette visite qui n’a bizarrement pas provoqué la campagne habituelle des médias publics. Les habitants quant à eux savent que quelque chose d’important aura lieu en cette fin de semaine mais n’en mesurent toutefois pas le degré ni l’impact selon les échos recueillis ça et là. Pas d’engouement particulier ni de curiosité suscitée par cet événement , sauf peut-être pour les collectifs de chômeurs et quelque association de jeunes qui comptent remettre un rapport détaillé au Premier Ministre, les uns pour lui rappeler ses engagements pour la promotion de l’emploi et la résorption du chômage au sein de la main d’œuvre locale inclus dans la circulaire n°1 du 12 mars 2013 ainsi que ceux pris lors de la campagne électorale pour le 4e mandat en avril 2014, les autres pour dénoncer des mesures non palpables et un développement à pas de tortue dont les retombées restent minimes.

A In Salah, la société civile a exprimé son rejet de tout discours à distance de la part du Premier Ministre, fusse-il à partir d’une autre ville du sud, de la capitale même des hydrocarbures. Alors que des sources bien informées affirment que Sellal aurait demandé la venue de représentants de la société civile d’In Salah, la nouvelle a eu pour effet d’exaspérer au plus haut point les opposants au gaz de schiste qui attendent depuis quatre mois une réponse à leur demande d’un moratoire et d’un débat national sur le gaz de schiste.

Visite technique

Selon une source de la wilaya de Ouargla, aucune rencontre avec la société civile n’est prévue lors de cette visite qui se veut historique selon les propos mêmes de Sellal qui a tenu à l’annoncer en personne, lors de son allocution du 24 février 2015 à Hassi Messaoud, à l’occasion de la commémoration du 53e anniversaire de la nationalisation des hydrocarbures. Le Premier Ministre tient par contre à être le messager de bonne nouvelles à même d’apaiser la colère qui ne cesse de croitre dans ces contrées. Il sera notamment question du nouveau découpage administratif dans le sud du pays, du lancement d’une réflexion sur la nouvelle stratégie sanitaires dans ces régions et inéluctablement deux autres questions qui font l’actualité brulante à savoir l’exploitation des énergies non conventionnelles qui fait l’objet d’une large contestation au sein de la population ainsi que l’emploi dans le secteur des hydrocarbures.

Aspirations

Technique et hautement politique à la façon de Sellal, cette visite sera-t-elle pour autant sans surprises ? Des sources proches de la wilaya préfèrent parler « d’axes stratégiques ». Il sera donc question d’une réorientation de la politique de développement retenue par le gouvernement pour changer de cap et rectifier le tir dans ces régions aussi arides que sous-développées et pourvoyeuses de ressources. Des wilayas dont les habitants s’accordent pour réclamer une vision nouvelle de la part du gouvernement et des décisions politiques à la hauteur des besoins exprimés et des aspirations de populations marginalisées qui ont marqué leur positionnement par rapport à des questions aussi fondamentales que l’emploi et la préservation de la santé et de l’environnement saharien par la contestation pacifique et citoyenne.

Un soulèvement populaire prenant diverses formes, parfois dramatiques lors de tentatives collectives ou individuelles de suicide des chômeurs d’un militantisme de la rue et des manifestations non-stop depuis plus d’une décennie. Les habitants du sud l’ont exprimé moult fois, ils veulent un développement structurel touchant la santé et la protection de l’environnement en priorité surtout depuis le déclenchement de la contestation anti-gaz de schiste mais aussi l’habitat, l’enseignement, les ressources en eau et l’agriculture comme pivots du développement des zones sahariennes résolument inquiètes de leur devenir.
Houria Alioua