Réformes annoncées des lois sur les partis, les associations et les élections

Prévues après la révision constitutionnelle

Réformes annoncées des lois sur les partis, les associations et les élections

par R. N., Le Quotidien d’Oran, 19 janvier 2016

Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Noureddine Bedoui, a annoncé que des ateliers pour la réforme de textes régissant les affaires publiques dont les lois sur les partis, les associations et les élections seront organisés juste après l’achèvement du processus de révision constitutionnelle. «En application des instructions du président de la République et juste après l’achèvement du processus de révision constitutionnelle, le ministère de l’Intérieur organisera des ateliers pour procéder à des réformes profondes de plusieurs textes portant directement sur la gestion des affaires publiques», a précisé le ministre dans une allocution prononcée lors de l’inauguration «des portes ouvertes sur la commune» à l’Ecole nationale d’administration (ENA) Ahmed-Medeghri.

Selon lui, ces ateliers seront chargés «de revoir les lois sur les partis politiques, les associations, les réunions et les manifestations publiques», a-t-il souligné. Evoquant la révision constitutionnelle, le ministre de l’Intérieur estime que le texte «constitue un projet de société qui s’adapte aux mutations survenues dans le monde». La révision constitutionnelle permettra de «consolider la démocratie participative à travers la mise en place d’un cadre juridique qui consacre la participation du citoyen à la gestion des affaires du pays et contribue à la mobilisation des forces vives de la société, notamment les jeunes, en faveur du développement à tous les niveaux». M. Bedoui a saisi l’occasion de cette rencontre pour se recueillir à la mémoire des martyrs qui sont tombés en combattant les «groupes barbares» durant les années 1990 dont les membres des délégations exécutives, les gardes communaux, les citoyens bénévoles ainsi que les groupes de légitime défense. Il évoquera aussi la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, votée par le peuple en «toute souveraineté», (qui) a permis de réunir les «conditions idoines pour la réalisation d’un développement global grâce au recouvrement de la sécurité et de la stabilité». La sécurité et la stabilité, a affirmé le ministre, sont devenues une «réalité palpable» à la faveur d’un «processus sain et responsable de réconciliation nationale mis en œuvre dans la transparence, la vigilance et la flexibilité».