NOUVELLES RELATIONS DE TRAVAIL: Ce que dit le rapport El Ghazi

NOUVELLES RELATIONS DE TRAVAIL

Ce que dit le rapport El Ghazi

Le Soir d’Algérie, 22 janvier 2017

C’est un rapport détaillé et qualifié d’«important» que le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale remettra au Premier ministre avant la fin de la semaine en cours, a-t-on appris. Un rapport qui tracera, ajoute-t-on, les contours de la nouvelle approche gouvernementale vis-à-vis du monde du travail.
Abder Bettache – Alger (Le Soir) – Le document en question fera l’état de la situation qui prévaut dans le monde du travail. Une situation qui intervient à la lumière de la dernière rencontre qui s’est tenue au siège du ministère du Travail et lors de laquelle UGTA et syndicats autonomes ont nettement exprimé leur préoccupation sur la question sociale. En effet, le ministre du Travail, qui avait réussi à réunir, lors de la même réunion, l’UGTA, représentée en la circonstance par son secrétaire général, M. Abdelmadjid Sidi Saïd, et les animateurs de l’Intersyndicale, ainsi que d’autres structures syndicales autonomes relevant du secteur économique, à l’image du Syndicat national de la poste (Snap) et du Syndicat national des travailleurs de l’électricité et du gaz (SNTEG), avait déclaré que «l’année 2017 sera une nouvelle étape sur la voie du renforcement du dialogue permanent entre les autorités et le partenaire social».
Dans son rapport, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale a mis en exergue «la portée de la représentation syndicale des différentes organisations syndicales dans leurs secteurs respectifs», mais aussi «les réelles entraves auxquelles font face ces organisations syndicales dans l’exercice de leurs missions syndicales».
M. Mohamed El Ghazi donnera son avis sur l’enjeu de la représentativité syndicale à la veille du débat qui sera porté sur le code du travail. D’ailleurs, il avait indiqué lors de la réunion du 16 janvier dernier que «cette rencontre marquera l’entame d’une nouvelle dynamique nouvelle au plan du dialogue», tout en annonçant qu’il chargera l’inspecteur général du travail au ministère du Travail, M. Akli Barkat, d’être le «trait d’union» entre le ministère et les représentants des syndicats pour rédiger les rapports sur les différentes préoccupations soumises. A l’adresse du Premier ministre, le premier responsable du département du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale plaidera l’importance «d’associer les autres départements sectoriels d’ouvrir un dialogue réel et responsable avec les organisations syndicales représentatives, à l’instar de ce qui se fait au niveau du ministère de l’Education nationale».
A cet effet, et selon des sources proches du département du travail, M. Mohamed El Ghazi compte, prochainement, organiser une autre rencontre identique à celle qui a eu lieu le 16 janvier dernier au niveau du siège de son département. Une rencontre qui considérée comme une avant-première avant celle qui sera organisée par le Premier ministère et qui verra, pour la première fois dans l’histoire du dialogue social en Algérie, la participation des syndicats autonomes aux discussions tripartites. D’ailleurs, le ministre du Travail avait déclaré qu’«un bilan sera dressé sur les préoccupations posées et les observations relevées par les représentants de près de 26 syndicats présents à la rencontre dans le but de les soumettre au Premier ministre», tout en rappelant l’existence de «65 syndicats agréés par le ministère».
Et en guise des bonnes intentions du pouvoir, il conclut son intervention en déclarant «que les syndicats seront associés à l’étape de la consultation autour du projet de loi sur le travail pour débat et enrichissement». «Un projet de loi qui tend à préserver les acquis des travailleurs et garantir leurs droits est encore à la phase de consultation avec le partenaire social pour passer ensuite aux étapes suivantes tel qu’énoncé par la loi», a-t-il expliqué.
A. B.