Passeport biométrique : Une exception algérienne

Passeport biométrique : Une exception algérienne

El Watan, 8 avril 2010

L’introduction de questions relatives à la vie personnelle des citoyens semble être une excentricité toute algérienne. Une comparaison avec le voisin marocain ou même avec les quatorze pays jugés « les plus dangereux » au monde par les Etats-Unis permet de constater à quel point les informations sur les camarades de classe et de service national sont peu nécessaires à l’obtention d’un passeport.

Le Maroc, pays voisin dont la situation politique est parfois difficile à décrypter, ne réclame que des informations élémentaires à ses concitoyens pour la confection des passeports biométriques. Il en est de même pour le pays du Cèdre, qui figure dans la liste noire américaine ou l’Egypte, pays policier, par excellence. En Syrie, le formulaire est composé d’informations rudimentaires telles que le nom, le prénom et la profession. Le gouvernement baâthiste réclame néanmoins les raisons qui motivent le déplacement de ses concitoyens (tourisme, visites, études, travail). Mais à chaque pays ses spécificités. L’Arabie Saoudite s’inquiète de la situation matrimoniale de ses ressortissantes. Il existe ainsi une case spécifique à la femme pour donner de plus amples informations sur son mari.

Les formulaires de demande de passeport biométrique des femmes célibataires doivent être dûment signés par le tuteur avec cette inscription : « Si ce passeport appartient à ma fille, je témoigne devant Allah qu’elle n’est pas mariée. » Le Soudan est assez rigoureux en matière de délivrance de passeports. Le pays d’Omar El Béchir réclame pas moins de onze documents pour l’obtention du passeport. Pour leur part, les Irakiens ont relevé l’intrusion de la langue kurde dans leur passeport qui comporte désormais trois langues. Du côté des pays africains, à l’exemple de la Côte d’Ivoire, il ne semble pas y avoir d’informations particulières ou de détails sur la vie personnelle de ses concitoyens dans le formulaire de demande de passeport.

Sur le site de la société ivoirienne d’édition de documents administratifs et d’identification, l’administration ivoirienne s’offre uniquement le droit de demander la date et le lieu de mariage pour les personnes mariées. Le Nigeria, dont est issu le jeune terroriste qui avait perpétré une tentative d’attentat à la bombe du 25 décembre 2009 à bord du vol Northwest, ne semble pas s’intéresser à des détails particuliers. Les Nigérians ont estimé, selon le quotidien Daily Trust, que le nouveau passeport biométrique devrait rendre aux voyageurs nigérians leur « dignité »,

Par Amel Blidi