Le président Bouteflika a consacré jeudi une audition à l’Éducation

Le président Bouteflika a consacré jeudi une audition à l’Éducation

Un secteur qui consomme le quart du budget de l’État

Par :Rédaction de Liberte, 12 septembre 2009

Le ministre de l’Éducation a passé, jeudi, son grand oral devant le président de la République en lui présentant les grands indicateurs statistiques qui caractérisent son secteur, soulignant que la dépense publique annuelle pour le secteur de l’éducation nationale a, désormais, atteint 500 milliards de DA, équivalant à 7,5 milliards de dollars, soit le quart des revenus de l’État. Les données relatives à la rentrée scolaire témoignent de l’effort considérable et constant de l’État dans le domaine de l’éducation.
Cet effort a permis la réception, en 2009, de 361 écoles primaires, 402 collèges et 137 lycées. La mise en place de la réforme du système éducatif a permis, durant les dernières années, d’améliorer de façon tangible les conditions de scolarisation et la qualité de l’enseignement, et ce, nonobstant le nombre sans cesse croissant des élèves. Ainsi, les indicateurs mis en place pour mesurer régulièrement le rendement du système éducatif font apparaître les progressions suivantes : 155 nouveaux manuels ont été homologués et tirés à presque 300 millions d’exemplaires. Le taux de couverture est passé de 55% en 1999 à un taux de couverture de 100% des besoins en 2008. Par ailleurs, plus de 97% des enfants scolarisés bénéficient d’une excellente couverture sanitaire et de prévention, le taux de couverture des cantines scolaires est passé de 12% en 1999 (500 000 rationnaires) à plus de 73% en 2008 (près de
2 800 000 rationnaires), le parc du transport scolaire est passé de
1 300 bus en 2007 à 4 808 en 2009.
Les résultats obtenus en matière de taux de scolarisation, qui sont de 97,40% pour les enfants âgés de 6 ans et 95,28% pour la tranche d’âge 6-15 ans en 2008, attestent de la pérennité de la politique de scolarisations obligatoire. Ces progressions ont également concerné le taux de redoublement qui a baissé passant de 17,6% en 2003/2004 à 13% en 2008/2009, le taux de passage en 1re année moyenne est passé de 78% en 2003/2004 à 88,96% en 2008/2009. Le taux de passage en 1re année secondaire est passé de 47% en 2003/2004 à 70,63% en 2008/2009, le taux de réussite au brevet est passé de 36,51% en 2003 à 58,68% en 2009, le taux de réussite à l’examen du baccalauréat, qui se situait aux environs de 20% en 1999, a connu une nette progression durant ces dernières années, dépassant en moyenne 55%, sans rachat. Le taux d’occupation des locaux dans le primaire (30 élèves par classe) et d’encadrement
(20 élèves par enseignant), a connu une amélioration sensible. Par ailleurs, un vaste programme des équipements didactique et informatique, de rénovation, de mise à niveau et d’adaptation aux exigences de la réforme a été réalisé. Ainsi, en matière d’équipement didactique, 570 écoles primaires seront équipées en compendiums, en plus de la dotation en laboratoires scientifiques de 720 collèges et 550 lycées, et le renouvellement de l’équipement de 37 lycées. De même qu’il est prévu à la fin de l’année 2009, l’équipement en climatiseurs de 6 000 classes dans les établissements scolaires des wilayas du Sud. En ce qui concerne les programmes et les manuels scolaires, des réajustements des programmes et des horaires d’enseignement ont été opérés par un allégement qui a touché, à des degrés variables, l’ensemble des niveaux d’enseignement. Le secteur a entamé depuis le mois de janvier 2009, la production et la diffusion des manuels scolaires pour couvrir la totalité des besoins estimés à près de
58 000 000 de manuels et procédé, par ailleurs, à la mise en place
d’un stock de sécurité estimé à
4 400 000 de manuels.
L’encadrement en personnels administratif et pédagogique sera renforcé par le recrutement sur concours de 11 936 nouveaux agents, alors que le plan de formation des enseignants en vigueur a touché 77 000 enseignants du primaire et 54 000 du moyen. Au terme de l’évaluation du secteur, le président de la République a noté “les étapes importantes franchies sur la voie de la réforme du système éducatif qui ont permis de rattraper les retards accumulés”.