Armement : L’Algérie commande 16 chasseurs SU-30 MKI

Armement : L’Algérie commande 16 chasseurs SU-30 MKI

El Watan, 6 avril 2010

L’Algérie a conclu, en mars dernier, avec l’agence russe d’exportation d’armements Rosoboronexport un contrat de livraison de 16 chasseurs SU-30MKI (A), a annoncé hier l’agence de presse russe Ria Novosti, qui reprend le journal Vedomosti.

Le montant de cette commande pourrait atteindre un milliard de dollars, a indiqué Konstantin Makienko, un expert militaire du Centre d’analyse des stratégies et des technologies, interrogé par ce journal. Une partie des appareils a, précise-t-on, déjà été livrée. L’achèvement des livraisons est prévu dans le courant de l’année 2010.

Cette commande de Sukhoï Su-30MKI vient s’ajouter au contrat signé en 2006 avec la Russie pour la livraison de 28 avions Sukhoï Su-30MKA à l’Algérie pour un montant de 2,5 milliards de dollars. Les Sukhoï 30MKA sont des variantes de l’avion SU-30MK, spécialement équipés selon les spécifications algériennes. Le quotidien Vedomosti explique encore que le contrat conclu par Alger et Moscou représente l’exécution de l’option qui a suivi l’annulation, fin 2007, par l’Algérie d’un contrat d’achat de 34 avions Mig 29 pour un montant total de 1,2 milliard de dollars. Une annulation qui est intervenue après une première livraison de 24 appareils refusés par l’armée algérienne car jugés de qualité inférieure aux attentes.

Conformément à l’accord signé en 2006, il est à rappeler aussi que 38 systèmes antiaériens Pantsir-S1 seront fournis à l’Algérie pour un montant de plus de 500 millions de dollars. Les systèmes seront livrés au cours des années 2010-2011. Le système antiaérien de courte portée Pantsir-S1, développé par le bureau d’études de Toula (180 km de Moscou) est, selon les spécialistes, capable de frapper les cibles aériennes les plus modernes à 20 km de distance et à des altitudes allant de zéro à 15 km. Les missiles tirés par Pantsir-S1 se déplacent à la vitesse de 1300 mètres par seconde et sont capables de frapper quatre cibles simultanément. Avant l’Algérie, les Emirats arabes unis ont été les premiers à passer commande auprès du constructeur russe en signant un contrat, en 2000, portant sur l’achat de 50 systèmes Pantsir-S1 pour une valeur de 724 millions de dollars.

Toutes ces acquisitions ont fait que l’Algérie est, selon le Stockholm International Peace Research Institute (Sipri), entrée cette année pour la première fois dans le « top 10 » des plus grands acheteurs d’armes au monde. Le pays est classé à la 9e place derrière l’Arabie Saoudite. La valeur de ses acquisitions (3,4 milliards) ayant pratiquement doublé en l’espace de quelques années. A signaler toutefois que contrairement a beaucoup de pays, l’Algérie n’a pas été classée dans le rapport du Sipri parmi les pays qui investissent le plus dans l’acquisition d’armement. Concernant ce point, l’Arabie Saoudite reste le seul pays arabe à figurer parmi les 15 pays qui dépensent le plus dans le domaine de l’armement. Comme de tradition, le plus grand fournisseur de l’Armée nationale populaire (ANP) reste de loin la Russie. L’Algérie a été classée quatrième plus grand importateur d’armes russes après la Chine, l’Inde et le Venezuela. « L’Algérie, le Venezuela, la Chine, l’Inde et le Viêt-nam sont actuellement les principaux importateurs d’armement russe », avait confié en mars dernier à la presse moscovite le directeur adjoint du Service fédéral de coopération militaire et technique, Alexandre Fomine, ajoutant que ces cinq pays sont aussi les principaux partenaires de la Russie dans le domaine de la coopération militaire et technique. M. Fomine n’avait pas exclu, néanmoins, que le Vietnam puisse arriver bientôt en deuxième position dans cette liste.

Par Z. C.