Hamel insiste sur la notion du respect des droits de l’Homme

La police algérienne fête son 55e anniversaire

Hamel insiste sur la notion du respect des droits de l’Homme

Le Soir d’Algérie, 20 juillet 2017

La célébration du 55e anniversaire de la fête de la police sera marquée cette année par la décision de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) de «créer un nouveau bureau réservé aux droits de l’Homme », une démarche, dit-on, «qui traduit la volonté de la DGSN».
Abder Bettache – Alger (Le Soir) – Ainsi, dans son communiqué rendu public à cet effet et annonçant la création de cette structure au niveau central, la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a indiqué mettre en avant «l’intérêt accru» qu’elle accorde à «la promotion des droits de l’Homme dans les rangs de la police à travers la modernisation du système de formation à même de garantir la mise en œuvre des lois de la République».
La DGSN a rappelé que son processus visant à «promouvoir les principes des droits de l’Homme au sein de la police nécessitait la modernisation de la formation en assurant la mise en œuvre des lois de la République auxquelles a appelé le président de la République pour préserver la dignité de l’homme, sa liberté et ses droits, en tant que base pouvant édifier l’Etat et instaurer la démocratie à même d’établir la bonne gouvernance». Pour ce faire, ajoute-t-on, «les étudiants stagiaires au sein des écoles de police sont informés des directives du général-major, le directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, relatives au respect des principes des droits de l’Homme conformément aux lois de la République, en sensibilisant constamment à la nécessité d’en tenir compte lors de l’accomplissement des missions des agents de police, d’autant que ces dernières sont axées, en premier lieu, sur l’Etat de droit ainsi que sur la dignité du citoyen».
M. Hamel a récemment annoncé la création d’un nouveau bureau réservé aux droits de l’Homme, une démarche qui traduit la volonté de la DGSN.
L’objectif recherché à travers cette nouveauté est de «professionnaliser le métier de policier, notamment dans son interaction avec la société à même de préserver les citoyens et leurs biens conformément aux exigences de la modernisation dans le respect de la loi et de la déontologie».
A cet effet, la DGSN veut «consolider le principe des droits de l’Homme en tant que mécanisme, à travers lequel la sage et clairvoyante direction vise à préserver la dignité du citoyen», tout en ajoutant qu’elle «était et qu’elle est toujours première dans la concrétisation du respect des principes des droits de l’Homme, d’autant qu’elle représente une institution réglementaire dont l’objectif principal est la protection des citoyens et de leurs biens». La même source souligne par ailleurs que «pleinement imprégnés des principes des droits de l’Homme, lesquels sont enseignés dans tous les programmes du corps de la police, les policiers maintiennent leur engagements à respecter les directives de leur Haut Commandement en cette matière», dont le but est de «préserver les vies des citoyens et leurs biens par tous les moyens juridiques outre l’action de proximité efficace», en consacrant le slogan «L’Etat de droit commence dans les rangs de la police».
A. B.