Gaïd Salah à Tizi Ouzou

Lutte antiterroriste

Gaïd Salah à Tizi Ouzou

El Watan, 20 juillet 2009

Au lendemain de l’attentat terroriste qui a coûté la vie à deux militaires, à Tabarkout, non loin de la commune de Beni Aïssi, au sud du chef-lieu de wilaya, le chef d’état-major de l’ANP, Gaïd Salah, s’est déplacé hier à Tizi Ouzou.

Il a présidé une réunion avec les hauts responsables de l’armée dans la région. La réunion a eu lieu au niveau du siège du secteur militaire, mais aucune information n’a filtré sur les résolutions de cette rencontre qui a duré, ajoute-t-on, environ deux heures. Certaines sources précisent que le chef d’état-major de l’ANP aurait fait le point avec ses collaborateurs sur les dernières opérations des forces de sécurité, notamment les ratissages d’Amejoudh, de Yakouren et de Bouzguène. Il aurait, ajoute-t-on, donné certaines orientations allant dans le sens du renforcement de la stratégie de lutte antiterroriste, notamment après la recrudescence ces derniers jours de l’activité des islamistes armés dans la région. D’ailleurs, outre les deux militaires assassinés, samedi, par un groupe terroriste aux portes de Tizi Ouzou, d’autres attentats ont ciblé les forces de sécurité ces dernières semaines.

Il y a dix jours, un militaire a été tué près du village Isoumathène, à Azeffoun, dans l’explosion d’une bombe de fabrication artisanale au passage d’un convoi de l’ANP. Le lendemain, quatre soldats de l’ANP ont été blessés dans les mêmes circonstances à la sortie de la ville d’Azazga, sur la RN12. Vingt jours auparavant, dans la même localité, un important groupe terroriste avait opéré une incursion à l’intérieur d’un bar. Le 7 mai dernier, lors d’un violent accrochage dans la forêt d’Amejoudh, près de Maâtkas, deux militaires ont été assassinés et deux terroristes abattus. A la fin du mois de mars dernier, un officier supérieur de l’ANP a péri au cours d’une offensive dans les maquis d’Aït Chafaâ, au nord-est de la wilaya de Tizi Ouzou. Il s’agissait du commandant du secteur opérationnel d’Azeffoun. En revanche, depuis, l’ANP a mis hors d’état de nuire plusieurs éléments du GSPC.

En mai dernier, cinq islamistes armés, dont un émir, ont été éliminés à Draâ Ben Khedda. Deux autres ont, quelques jours plus tard, connu le même sort à Mizrana. En somme, lors de son déplacement, hier, à Tizi Ouzou, le chef d’état-major aurait donné des instructions aux responsables de l’ANP dans la région pour préparer une véritable riposte aux hordes intégristes. Cela étant, alors qu’une vaste opération de ratissage se poursuit toujours avec l’artillerie lourde dans les massifs forestiers de l’Akfadou et de Beni Ksila, une autre offensive de grande envergue s’annonce sans doute pour les prochains jours. D’ailleurs, pour rappel, en septembre 2008, tout juste après la venue de Gaïd Salah à Tizi Ouzou, les opérations militaires se sont intensifiées dans la région. Il est utile de noter que le même responsable de l’ANP s’était déplacé en à ce moment-là, quelques semaines après l’attentat kamikaze qui avait ciblé un commissariat de police au centre-ville de Tizi Ouzou.

Par Hafid Azzouzi