Bouteflika dissout le DRS

Bouteflika dissout le DRS

Achira Mammeri, TSA, 24 janvier 2016

Le Département du renseignement et de la sécurité, le DRS, n’existe plus. Un décret présidentiel non publiable a été signé par le président Bouteflika le mercredi 20 janvier, rapporte, ce dimanche 24 janvier, le journal arabophone El Hiwar. Une information confirmée par TSA auprès d’une source bien informée. « Effectivement, le Président a procédé à la restructuration de ce département. Il faut savoir que ce genre de changements se fait toujours à travers des décrets non publiables », affirme notre source qui ne fournit, par ailleurs, aucun autre détail.

Selon El Hiwar, pour remplacer le DRS, le Président a créé la « Direction des services de sécurité » ( DSS) chapeautée par Bachir Tartag. La nouvelle direction comprend trois départements chargés respectivement de la « sécurité intérieure, de la sécurité extérieure et une direction technique ». Le DSS, selon des informations non encore confirmées, travaillerait en coordination avec la « Gendarmerie nationale et la police ».

Autre nouveauté, Bachir Tartag et la DSS travailleront, selon la même source, « sous l’autorité directe de la Présidence » et non de la Défense nationale comme ce fut le cas pour le DRS. « La DSS est organiquement indépendante du ministère de la Défense », poursuit la même source qui ajoute que Bachir Tartag sera doté de « larges prérogatives ».

La DSS occupera l’ancien siège du ministère des Affaires étrangères au Golf à quelques mètres de la Présidence.


Décret présidentiel: Bouteflika dissout officiellement le DRS

version française: Moussa. K, Echoroukonline, 2016/01/24

Le Département du renseignement et de la sécurité (DRS) est officiellement dissoute par décret présidentiel signé par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a-t-on appris samedi de sources politiques bien informées.

Ledit décret présidentiel stipule également la création d’une structure appelée « Direction des affaires sécuritaires » en remplacement du DRS, désormais dissoute.

Selon les informations parvenues à Echoroukonline, le général-major, « Athmane Tartag » sera le premier responsable de cette direction relevant directement de la présidence de la République.

La Direction de la sûreté nationale sera chargée de veiller à la sécurité interne, à coorodnner avec les corps constitués (armée, gendarmerie et police), tandis que les autres directions relevant de celle-ci se voient confier les mission d’enquêter dans les affaires sensibles de la sécurité interne, lutter contre la criminalité en collaboration avec les autres corps de sécurité et assurer un suivi en termes de la sécurité extérieure.

Cette nouvelle direction constitue la consécration d’un ancien projet lancé en 2002 par le président Bouteflika, à savoir la création d’un ministère de la « Sûreté nationale ».

Pour rappel, une série de changements ont été effectués par le président Bouteflika au sein des différents services de sécurité :

28 juin: nomination du général-major Mohamed Larbi Houli à la tête des forces navales, en remplacement du général-major Abdelmalek Necib, décédé.

2 juillet: promotion de 14 généraux-majors au grade de chefs de corps d’armée, promotiond e 47 colonels aux rangs de généraux, promotion de jeunes officiers, la mise à la retraite de 20 autresn décernement de médaille de Bravoure à 100 officiers…

23 juillet: mise fin de fonction du chef de la VIe Région militaire, le général-Major Amar Athamnia et la désignation du général-major Meftah Souab, mise fin de fonctions des cadres supérieurs à la présidence de la République, à savoir Mohamed Bourouba et Toufik Dahmani, appelés à d’autres fonctions

25 juillet: limogeage du général-major Ali Bendaoud, directeur de la sécurité intérieure, Mohamed Mejdoub, chef de la sécurité présidentielle et le général-major, Ahmed Moulay Meliani, chef de la garde républicaine.

26 juillet: nomination du général de corps d’armée, Ben Ali Ben Ali au poste de chef de la garde républicaine, le colonel Abdelaziz à la tête de la Direction de la sécurité intérieure (DSI) et le général Nacer Habchi à la tête de la sécurité présidentielle.

28 août: arrestation du général de corps d’armée, Abdelkader Aït Ouarabi, dit Hassan, ex-responsable de la lutte antiterroriste

10 septembre: nomination du général Menad Nouba à la tête du commandement de la Gendarmerie nationale en remplacement du général Ahmed Boustila, mis à la retraite.

13 septembre: mise à la retraite du général de corps d’armée, Mohamed Mediène remplacé à la tête du DRS par le général-major Athmane Tartag.