La DGSN triple ses effectifs en cinq années

209 000 policiers recensés en 2014

La DGSN triple ses effectifs en cinq années

En 2014, l’effectif de la Sûreté nationale est de 209 000 policiers, alors qu’en 2009, il était de 90 000. L’information a été rendue publique par la cellule de communication de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), en évoquant dans un document intitulé la «Lettre du policier», la question de la ressource humaine, en la qualifiant de «reconnaissance avérée».

Aber Bettache – Alger (Le Soir), Le Soir d’Algérie, 23 octobre 2014

Le document, qui évoque la question de la gestion de la ressource humaine au sein de cette institution, indique que le nombre de fonctionnaires au sein de la DGSN a triplé en l’espace de quatre années, passant ainsi de 90 000 à 209 000 policiers en 2014. Selon la même source, «cet effort qui traduit concrètement la politique du président de la République a été favorablement apprécié par les citoyens en marge du salon du recrutement, le premier du genre depuis l’indépendance, organisé par la Sûreté nationale les 23, 24 et 25 avril 2013». Il est à noter qu’en 1990, le nombre des policiers au sein de la DGSN était de 35.000, en 2012 il est passé à 188.856. La revalorisation de la ressource humaine a été également évoquée dans le document en indiquant «qu’en accompagnement de ces mesures, le directeur général de la Sûreté nationale a décidé de confier les responsabilités à tous les échelons de commandement, à des jeunes cadres universitaires, aux profils et compétences avérés et reconnus par tous».
«Ainsi, les citoyens auront remarqué et apprécié cette dynamique de la nouvelle génération des responsables de la Sûreté nationale, qui lui a valu, d’ailleurs, les reconnaissances des institutions nationales et internationales, à l’instar d’Interpol et le Conseil des ministres arabes de l’Intérieur.» Des reconnaissances qui font suite, lit-on encore dans le document, «aux excellents résultats obtenus sur le terrain, traduits par d’importantes saisies de drogues, une gestion rationnelle et démocratique des foules. Le tout couronné par une attestation de respect et de protection des droits de l’Homme». La même source a ajouté que la promotion interne des policiers a atteint le chiffre de «70 000 policiers aux grades hiérarchiques directs, dont la part du lion est revenue incontestablement à la catégorie des subalternes avec 59 882 promus, soit un taux de 85,54%». Pour un responsable de la DGSN, il a été revu les échelons de chaque policier ayant entamé entre 2 et 4 ans de service. «Chaque policier bénéficiera, dans le cadre du nouveau statut, d’un échelon rémunéré. La rémunération et la classification catégorielle des personnels de la Sûreté nationale étaient en inadéquation avec les contraintes liées au métier de policier, notamment le risque, l’astreinte et l’éloignement. Ces actions ont permis de régulariser 120 870 fonctionnaires», ajoute-t-on. Ces explications ont été données par la DGSN au lendemain du mouvement de contestation observé par les éléments des URS.
A. B.