Changements en sourdine chez les militaires et la police

Fins de fonctions et nouvelles nominations

Changements en sourdine chez les militaires et la police

El Watan, 6 août 2008

De nombreux changements ont été opérés ces dernières semaines au ministère de la Défense nationale, mais aussi au niveau de la Sûreté nationale. De nouvelles nominations et des fins de fonctions ont été annoncées par le Journal officiel.

Des directions clés du ministère de la Défense ont changé de main ces dernières semaines. Ainsi le général Abdelhamid Ghriss, qui était à la tête de la direction centrale du matériel, se voit-il nommé au poste de chef de département organisation logistique de l’état-major de l’ANP, cédant ainsi son poste au général Ali Akroun. Le département approvisionnements a été confié au colonel Mustapha Debbi. En outre, il a été procédé à la nomination du général Abdelghani Hamel au poste de commandant de la garde républicaine, après un interim qui a duré moins de deux mois, assuré par le colonel Naim Hakiki, et ce à la suite de la suspension du général Layachi Grid. Il est important de préciser que ces nominations sont intervenues après les changements opérés au niveau de la justice militaire.

Ainsi cette institution a-t-elle vu le renouvellement pour une année du détachement de présidents de tribunaux militaires permanents. De ce fait, Youcef Boukendakdji a été détaché auprès du ministère de la Défense nationale en qualité de président du tribunal militaire de Blida (1re Région militaire) ; Mohamed Saïd président du tribunal de Béchar (3e Région militaire) ; Aïssa Hadj Mhamed président du tribunal de Ouargla (4e Région militaire) et Rabah Kantar président du tribunal de Constantine (5e Région militaire). Un premier mouvement avait eu lieu l’année passée et qui a suscité des interrogations chez les professionnels qui estiment que ces juridictions restent encore loin des normes relatives à l’indépendance de la justice. Ces changements qui ont touché cinq tribunaux militaires étaient vraiment superficiels. Le mouvement a touché les tribunaux militaires, de Blida, d’Oran, de Constantine, de Tamanrasset et de Ouargla. Pour ce qui est des changements de procureurs de tribunaux, seul celui de Blida n’a pas été concerné. Le procureur militaire d’Oran, le colonel Abdelkader Ouchene, a cédé son poste au commandant Abdelkader Kassoul, lequel exerçait en tant que juge d’instruction près la même juridiction.

Le procureur de Ouargla, le lieutenant-colonel Miloud Daoui, nommé procureur près le tribunal de Constantine à la place du colonel Tahar Mordjana, a laissé sa place au colonel Rabah Kalli qui occupait précédemment le même poste à Tamanrasset où a été affecté le colonel Badreddine Mahi. Des permutations et de nouvelles nominations ont été également opérées dans les postes de procureurs adjoints et de juges d’instruction auprès des mêmes tribunaux. A Blida, il a été mis fin aux fonctions du commandant Hocine Amalou (procureur adjoint) et du capitaine Chaâbane Bahloul (juge d’instruction) remplacés par le capitaine Abdelhakim Bennouar en tant que procureur adjoint et le capitaine Abdesmad Réda Bouamama. A Oran, il a été mis fin aux fonctions de juges d’instruction exercées par le capitaine Youcef Bouyedda, le lieutenant-colonel Badreddine Mahi et le commandant Abdelkader kassoul. Ces derniers ont été remplacés par le colonel Banina Benmessaoud en tant que procureur adjoint et le capitaine Youcef Benyedda en tant que juge d’instruction. Au tribunal militaire de Béchar, il a été mis fin aux fonctions du procureur adjoint, le commandant Nacer Boualem, devenu juge d’instruction au même tribunal, qui remplace le capitaine Yacine Cheurfa. A Ouargla, le colonel Banina Benmessaoud (procureur adjoint) et le capitaine Abdesmed Reda Bouamama ont quitté leurs postes, alors que le capitaine Yacine Cheurfa a été nommé juge d’instruction auprès de la même juridiction. Pour ce qui est du tribunal militaire de Tamanrasset, le ministère a mis fin aux fonctions du commandant Abdelwahab Chelbab en tant que procureur adjoint, et du commandant Abdelaziz Benouala en tant que juge d’instruction. Leurs postes ont été affectés au commandant Hocine Amalou (en tant que juge procureur adjoint) et au commandant Abdelwahab Chelbab (en tant que juge d’instruction). Au tribunal de Constantine, le changement a touché le poste de procureur adjoint avec le départ du colonel Abdelaziz Méziane et l’affectation du commandant Abdelaziz Benouala en tant que juge d’instruction.

Par ailleurs, la Sûreté nationale a procédé, elle aussi, à un léger remaniement au niveau des chefs de sûreté de wilaya, publié au dernier Journal officiel daté du 16 juillet 2008. Ainsi a-t-il été mis fin aux fonctions de six chefs de sûreté de wilaya tandis que deux autres ont été mis à la retraite. Il s’agit de Lakhdar Cheikh de Béchar, Aïssa Denneche de Béjaïa (mis à la retraite), Mohamed Kouider Benhamed de Saïda, Mohand Sellami de Skikda (mis à la retraite), Ahmed Letaim de Sidi Bel Abbès, Khaled Hennache de Guelma, Cherif Zerdoum d’El Tarf (mis à la retraite), Abdelhalim Merzouk d’Illizi qui, faut-il le préciser, est le seul à avoir été nommé à Aïn Defla.

Par Salima Tlemçani