Zitout à Quds-Press : Les services secrets algériens ont infiltré les groupes « terroristes»

Zitout à Quds-Press : Les services secrets algériens ont infiltré les groupes « terroristes»

Rachad, 21 mars 2010

Londres – Alger – Agence Quds-Press : un ancien diplomate et homme politique actuel de l’opposition algérienne a jeté des doutes sur la signification des informations abordées par les autorités algériennes,concernant le danger du terrorisme au Sahel et au Sahara, et a qualifié les nombreux rapports à propos du danger d’ Al-Qaida dans la région de « désinformation » destinée à fournir une couverture sécuritaire pour deployer les forces américaines dans la région, et d’«épouvantail sécuritaire » pour justifier les politiques existantes.

Dans une interview exclusive à Quds Press, l’ancien diplomate et co-fondateur du mouvement d’opposition algérienne « Rachad », Mohamed Larbi Zitout, a accusé les services secrets algériens nommement le DRS de « tromperie et desinformation » a propos de la guerre contre le terrorisme, et a indiqué que cela faisait partie d’une politique plus large, y compris d’implanter les forces américains dans la région. Il a affirmé: «Il y a beaucoup d’exagération de la menace terroriste dans le Sahel et le Sahara. Les informations diffusées à ce sujet sont faites de beaucoup de « tromperie et desinformation » par les services secrets algériens, qui s’efforcent de créer un environnement propice à réunir les forces américaines dans la région, en accord avec la doctrine américaine que le terrorisme doit être combattu et éradiqué partout où il se trouve, afin qu’il n’atteigne plus New York. « 

Selon Zitout, le problème s’inscrit dans une stratégie sécuritaire plus large : « exagerer et Répandre l’alarme au sujet du terrorisme dans le Sahel et du Sahara est une stratégie des services secrets militaires -DRS-(je ne dirai pas de l’ensemble du régime algérien, parce qu’il ya des factions dans le régime qui ne comprennent pas la réalité de ce qui se passe dans le Sahara, et beaucoup de ce qui s’y passe est sciemment enveloppé d’obscurité.) C’est parce que les groupes armés qui se trouvent dans cette région ont été pour la plupart fabriqués par les services secrets algériens à plusieurs fins, dont les plus importantes sont les suivantes :

1. La stratégie du DRS de maintien de la peur du terrorisme afin de continuer à justifier les politiques qui oppresse la société algérienne, et se pereniser illegalement au pouvoir

2. Faire pression sur les états voisins faibles et les états qui ont des intérêts dans la région,et se vanter de defendre l’Europe de la menace terroriste en provenance de la rive sud de la Méditerranée.

3. s’appuyer sur les forces américaines pour défendre le régime dans le cas d’un soulèvement populaire.

Il a ajouté : « A cela s’ajoute le trafic de stupéfiants qui, selon des rapports américains confirmés, a rapporté plus d’un milliard et demi de dollars par an ces dernières années. C’est une énorme source financière pour certains officiers gradés dans les services secrets algériens, qui se trouvent au cœur des groupes armés dans le Sahara et leur fournissent soutien, conseil et protection. »

Zitout a accusé les autorités algériennes de cacher la personne responsable de l’enlèvement des touristes germaniques (33 touristes d’Allemagne, d’Espagne et de Suisse enlevés en 2003 et libérés après le paiement d’une rançon énorme, environ 10 millions d’euros d’après certaines sources), à savoir Abderrazak El Para, et l’ex chef du GSPC Hassan Hattab, et a lancè un defi les autorites algeriennes de faire un un procès équitable pour El Para en présence des observateurs des droits de l’homme : « La preuve que les groupes armés dans le Sahel et du Sahara sont principalement liés aux services secrets algériens, c’est Abderrazak El Para’qui a kidnappé les touristes allemands vit actuellement dans un appartement de l’Hôtel Mouflon d’Or au cœur de Benaknoun à Alger, a côté de l’ex-leader de groupe armé repenti, Hassan Hattab. Je défie les autorités algériennes ouvertement d’ amener Abderrazak El Para devant un tribunal en présence d’observateurs nationaux et internationaux des droits de l’homme ».

La semaine précédente, l’Algérie a accueilli le Sommet du Sahel réunissant le Mali, le Burkina Faso, la Libye, la Mauritanie, le Niger et le Tchad, ainsi que l’Algérie, pour étudier la réalité de la situation sécuritaire dans la région et reconstruire une alliance sécuritaire pour combattre «l’alliance existant entre Al-Qaïda et les réseaux criminels dans la région. »

dimanche 21 mars 2010