Un baron de la drogue tombe à Blida

UN BARON DE LA DROGUE TOMBE À BLIDA

Zendjabil Ahmed ne sévira plus

L’Expression, 22 juillet 2006

l’homme le plus recherché d’Algérie aurait promis de faire des révélations.

Le tristement célèbre baron de la drogue, en l’occurrence Zendjabil Ahmed, originaire de la wilaya de Chlef, qui était activement recherché depuis près de 10 ans par les différents corps de sécurité, vient finalement de se livrer aux forces de sécurité stationnées dans la wilaya de Blida, apprend-on d’une source crédible.
Notre source indique que celui qui était à la tête du plus grand réseau de trafic de drogue international en Algérie, a signifié sa volonté de bénéficier de la loi sur la charte pour la paix et la réconciliation nationale en sa qualité de financier du terrorisme. Zendjabil a fait des révélations fracassantes à propos de certaines complicités de cadres notoires et de commis de l’Etat, qui seraient impliqués dans le trafic de drogue chapeauté par ce désormais ex-baron, indique notre source. Ce dernier a été, à maintes reprises, condamné par contumace à de lourdes peines de prison, notamment par les tribunaux d’Oran, pour son implication avérée dans des affaires de stupéfiants, citant entre autres l’affaire des 900 kilogrammes de kif traité saisis en 2000 au niveau du port d’Oran.
Cette importante quantité de drogue s’apprêtait à être transbordée sur un bateau qui devait lever l’ancre pour se diriger vers la ville espagnole d’Alicante où des membres du réseau étaient chargés de sa réception. L’enquête menée par les éléments de la brigade des stupéfiants de la sûreté de police de wilaya a fait ressortir qu’une quantité estimée à environ 600kg de résine de cannabis a déjà été écoulée dans la capitale de l’Ouest avant cette importante prise, selon les aveux des mis en cause arrêtés, parmi lesquels figuraient des policiers et des matelots.
Les 900kg de kif traité ont été acheminés à partir d’une localité de la bande frontalière algéro-marocaine où ils ont été réceptionnés quelques jours auparavant par des convoyeurs qui n’étaient pas à leur première «mission».
La drogue provenait de la région de Nador, sur le territoire du Royaume chérifien où des membres du réseau de Zendjabil se chargeaient de sa livraison. Toujours est-il que celui qui faisait l’objet de plusieurs mandats d’amener et d’un mandat d’arrêt international, dont la photo se trouve dans tous les bureaux des enquêteurs des services de sécurité, est parvenu à inonder la capitale de l’Ouest de drogue.
Zendjabil s’est lancé dans le trafic de stupéfiants à la faveur des tragiques événements qui ont marqué la décennie noire.
Notre source indique encore que l’homme le plus recherché d’Algérie aurait promis de faire des révélations sur les différents rouages bien huilés qui ont permis à son vaste réseau de trafic de drogue, dont les ramifications s’étendent au-delà de nos frontières, d’activer à travers le territoire national, entre autres.
Cet ex-baron est, notons-le, à la tête d’une fortune colossale, dont une grande partie a été investie dans l’immobilier à l’ouest du pays.

Rachid BOUTLÉLIS