Vienne assure : « Les ravisseurs déplacent les otages entre le Nord du Mali et le Sud de l’Algérie »

Alors que le troisième et dernier délai expire à minuit

Vienne assure : « Les ravisseurs déplacent les otages entre le Nord du Mali et le Sud de l’Algérie »

El Khabar, 6 avril 2008

C’est aujourd’hui qu’expire à minuit le troisième et dernier délai accordé par les ravisseurs des deux Autrichiens au gouvernement de Vienne, pour libérer les deux otages contre la satisfaction de leurs revendications. Alors que le porte-parole officiel du ministère des Affaires étrangères autrichien a assuré que le délai du 6 avril « ne signifie pas qu’une date a été fixée pour la conclusion de l’affaire », sous-entendant qu’elle Qaïda ne va pas tuer les deux otages.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères autrichiens a assuré, hier dans une déclaration à l’Agence France Presse, que la cadence des négociations avec la branche d’Al Qaïda qui séquestre les deux otages au Mali, s’est accélérée parallèlement à l’expiration du dernier délai fixé par le groupe de Abdelhamid Abou Zeïd, le 6 avril.
Le responsable autrichien a assuré que quatre négociateurs délégués au Mali fournissent des efforts surhumains depuis le mois de mars, avec l’aide de plusieurs parties pour arriver à une solution.
Le gouvernement algérien a insisté, par le biais du chef de l’exécutif, Abdelaziz Belkhadem, à plusieurs reprises, sur le fait que « l’enlèvement a eu lieu en dehors de l’Algérie, et les ravisseurs ne se trouvent pas sur le territoire algérien ». Cependant, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères autrichien a évoqué des enquêtes qui ont conclu que les ravisseurs se déplacent avec les deux otages, entre le Nord du Mali et le Sud algérien.
Dans le même contexte, l’un des enfants de l’otage Aolfgang Ebner a assuré à un journal local que trois des ravisseurs ont été identifiés par le biais des images publiées sur internet, et il a indiqué qu’ils faisaient partie des ravisseurs des otages allemands dans le Sahara algérien en 2003.

06-04-2008
Par M. Cherak/ Traduit par F.L