L’Algérie demande à l’Allemagne et au Mali des renseignements sur El Para

Deux colonels de l’armée malienne l’ont aidé à s’approvisionner en armes

L’Algérie demande à l’Allemagne et au Mali des renseignements sur El Para

El Khabar, 19 mai 2008

La justice algérienne a présenté une demande officielle aux gouvernements de l’Allemagne et du Mali, afin d’auditionner des ressortissants et des trafiquants d’armes impliqués dans des activités terroristes, et qui ont un lien direct avec le dirigeant de l’ex-Groupe Salafiste pour la prédication et le combat, Amari Saïfi, connu pour avoir kidnappé des touristes européens, et entretenu des contacts avec des trafiquants d’armes au Mali.

Une source officielle a révélé à El Khabar que le juge d’instruction près la cour d’Alger a adressé une commission rogatoire à la justice allemande, où il demande à auditionner 16 ressortissants allemands, qui faisaient partie d’une équipe de 32 touristes kidnappés par Saïfi, appelé « Abderezzak El Para » dans le désert algérien au printemps 2003. Selon la source, il est apparu dans la commission rogatoire que l’Algérie désire que ces touristes l’informent des caractéristiques du groupe de ravisseurs, comme leur couleur de peau, leurs vêtements et leur âge, ainsi que leurs moyens de transport et les armes qui étaient en leur possession.
Le document du juge d’instruction a appelé les anciens otages à se constituer partie civile, s’ils le désirent.
Quant à la commission rogatoire adressée à la justice malienne, le même juge d’instruction y demande au gouvernement de Bamako des informations précises sur sept personnes impliquées dans l’approvisionnement de Saïfi en armes et munitions, et la réception de la rançon obtenue auprès du gouvernement allemand en échange de la libération des otages. La source officielle a indiqué que la liste comprend deux colonels de l’armée malienne, Sidyou Serafi et Abderrahman Ould Maydou, en plus d’une personne appelée Baba Ould Chouikh, et une autre nommée Youssef Agenni, qui était un médiateur entre Saïfi et les trafiquants d’armes de Mauritanie.
La liste des personnes recherchées par les services de sécurité algériens a été accompagnée d’une demande afin de déterminer tous les ressortissants maliens avec qui Saïfi était en contact, ainsi que les éléments du groupe Salafiste qui ont pénétré dans le territoire malien.
La source officielle a indiqué que les deux commissions rogatoires portent les noms de deux autres personnes impliquées dans le dossier d’El Para. Il s’agit de Mustapha Aït El Hadi, 46 ans, qui est en fuite, et « F.A », surnommé Oussama, incarcéré sans procès depuis cinq ans et demi.

 

19-05-2008
Par H. Yes/ Traduit par F.L