Des experts militaires américains au Tchad

Des experts militaires américains au Tchad

par Zouaoui M. , Le Jeune Indépendant, 21 juin 2004

Des experts militaires américains ont entamé cette semaine la formation de soldats tchadiens aux techniques de la lutte contre le terrorisme dans le cadre de l’initiative Pan-Sahel, un programme destiné aux Etats subsahariens. Depuis mercredi dernier, 30 experts militaires américains assurent l’entraînement de quelque 200 soldats tchadiens dans le nord du pays, avant de se rendre en juillet prochain au Niger.

Il s’agit du troisième pays après la Mauritanie et le Mali à avoir bénéficié, depuis le début de l’année, de cette initiative élaborée par le département d’Etat américain et mis en œuvre par le Pentagone. «Il s’agit d’engager les moyens de priver les terroristes de faire des régions isolées de ces pays des sanctuaires à partir desquels ils lancent leurs attaques», avait indiqué le major Kris Stillings, chef des opérations au sein du commandement militaire américain en Europe, basé à Stuttgart (Allemagne).

Les pays ayant bénéficié de ce programme doté d’une enveloppe de 125 millions de dollars sur cinq ans, deviennent «des forces de soutien» à la lutte contre les réseaux terroristes qui s’incrustent dans le Sahel, a souligné le militaire américain.

Ce programme comprend une formation de base sur le maniement des armes, la planification, les communications, la navigation terrestre, la conduite de patrouilles et l’apport de soins médicaux. Les contingents entraînés sont dotés ensuite d’équipements de lutte contre le terrorisme, notamment des véhicules de déplacement dans le désert et du matériel de détection.

L’objectif de ce programme est d’aider les pays du Sahel, qui couvrent une zone pratiquement égale à la superficie des États-Unis, à patrouiller sur les routes empruntées depuis toujours par les commerçants, les contrebandiers mais qui seraient utilisées, aujourd’hui, par les terroristes.

Les experts américains estiment que cette région suscite naturellement l’intérêt des terroristes pour qui de tels endroits se révèlent propices à la conduite de leurs activités. Les soupçons des experts américains se sont confirmés, depuis qu’il a été signalé la présence dans cette vaste région du tristement célèbre Amari Saïfi dit «Abderrezak El-Para», numéro 2 du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), aujourd’hui entre les mains du Mouvement pour la démocratie et la justice au Tchad (MDJT), un mouvement rebelle basé dans le Tibesti au nord du pays.

Le groupe d’El-Para s’était accroché avec l’armée tchadienne en mars dernier et avait subi de lourdes pertes. Depuis sa capture le 16 mars dernier avec une quinzaine de ses acolytes le MJDT a engagé des négociations avec des pays concernés par la lutte contre le terrorisme dont les Etats-Unis qui le considèrent comme le plus dangereux terroristes en Afrique du Nord.

Z. M.