El Para est prêt à négocier avec ravisseurs pour la libération des otages sans conditions

El Para est prêt à négocier avec ravisseurs pour la libération des otages sans conditions

Ech-Chorouk, 16.03.2008 Par : Abdennour Boukhemkhem/ traduction : Meriem Arezki

Des sources responsables ont révélé à Echourouk que les ravisseurs ont effectué des communications avec l’ambassade d’Autriche en Algérie, ils sont ensuite passés directement à la capitale vienne. Et quoiqu’il y ait ce sont pour l’Algérie des communications qui ont eu lieu entre un état membre des nations unies et un groupe terroriste, et ce par un texte de la loi internationale qui applique les chartes de lutte contre le terrorisme, de transparence, et la coopération qui a été lancé par cette organisation. Ce qui s’applique sur les ravisseurs qu’ils soient à l’intérieur ou à l’extérieur du territoire algérien. Il est toujours incertain que la demande algérienne a été transmise aux détectives envoyés par l’Autriche pour coordonner avec leurs homologues algériens pour l’enquête en cours. Ou bien cette demande a été reprise par d’autres canaux diplomatiques de plus haut niveau. Mais nos sources révèlent que la demande algérienne est venue « calme et responsable », et il est clair que la réaction du coté algérien est venue au moment où il commence à devenir clair que les revendications des ravisseurs annoncées officiellement dans leur dernier communiqué ne soient qu’un bruit médiatique qui cache de vrais revendications qui tournent autour d’une rançon pour libérer les otages , et c’est ce qu’ont confirmé les autorités autrichiennes après environ 24 heures de la parution du communiqué d’Al Qaida , et ont révélé que recevoir une somme d’argent est une condition qu’ont reçu oralement les autorités des premières communications avec les ravisseurs, et là l’Algérie n’a pas hésité à dire qu’elle n’acceptera absolument pas que les terroristes aient une contrepartie matérielle, parce que cette somme sera automatiquement utilisée pour alimenter l’activité terroriste et tuer des innocents. La partie algérienne insiste pour signaler que cette lettre est adressée à toute personne concernée.
Les nouvelles idées d’El Para, le appelleront peut être à un rôle précis

Certaines sources d’Echourouk n’écartent pas l’appel des autorités à Abderrezak El Para ( Ammar Saifi), ancien Emir de la région sud , actuellement à Serkadji : dans les communications actuelles avec le groupe ayant enlevé les touristes autrichiens , pour qu’ils soient libérés. Mais le rôle de ce dernier doit se limiter à essayer de convaincre les ravisseurs que leurs revendications sont rejetées et qu’il faut libérer les touristes sans conditions aucune. Il est toujours ignoré si les autorités autrichiennes sont elles qui ont demandé de aux autorités algériennes d’utiliser El Para ou un autre émir d’Al Qaida qui sont en prison mais il est visible qu’El Para est le plus qualifié pour un rôle pareil, sur la base de es relations personnelles avec les ravisseurs qui ont longtemps travaillé sous sa coupe, et à leur tête l’émir du groupe Abdelhamid Abou Zaid, 43 ans. Il est certain que les quatre années qu’El Para a passé en prison ont changé ses idées et ses positions. Certains vont même jusqu’à confirmer qu’il a montré son aide aux services de sécurité plus d’une fois, dans le résolutions de certains secrets d’Al Qaida, anciens et nouveaux, et qu’il a témoigné son mécontentement des attentats kamikazes de l’année dernière. Nos sources soulignent que l’enlèvement peut durer des semaines et s’étaler à des mois, vu que le bruit médiatique est devenu depuis deux années le but le plus important de l’organisation terroriste.

Sérieux doutes … et l’expérience échouée d’El Iaida revient

Mais des doutes persistent toujours, sur la capacité d’El Para d’influencer les décisions des ravisseurs , bien que leur chef Abou Zaid (Hamadou Abid) , est l’un des plus fidèles d’El Para et lui fait confiance , vu qu’il a efficacement assisté dans tous ses projets , et dont l’enlèvement des touristes allemands en 2003. Et bien que l’émir d’Al Qaida Abou Moussab Abdelouadoud refuse de nommer Abou Zaid à la tête de la 9 ème région et lui a préféré Jouadi Yahia alias Abou Ammar. Le premier reste le leader sur terrain, pour le reste des éléments dAl Qaida au sud, mais tout cela peut s’avérer insuffisant, et là on parle du détournement de l’Airbus français en 1994 par le GIA. Les autorités ont fait venir à cette époque le fondateur du GIA Abdelhak Laiada, que les ravisseurs ont demandé de libérer, mais il avait échoué toute négociation avec les terroristes qui avaient refusé de lui parler.