Les touristes seraient bientôt libérés

Affaire des disparus du désert

Les touristes seraient bientôt libérés

Par Sihem H., Le Jeune Indépendant, 14 mai 2003

Les 32 touristes disparus dans le Sud algérien seraient sur le point d’être libérés, avons-nous appris de source digne de foi. Les «kidnappeurs» auraient divisé leurs «otages» en deux groupes, avance la même source qui précise que la libération du premier groupe serait à un stade très avancé. Notre interlocuteur ne précise toutefois pas dans quelles conditions les opérations de libération ont été effectuées, ni l’identité des ravisseurs.

«La seule information dont on disposait jusqu’à la fin de la journée d’hier était que certains de ces touristes étaient sur le point d’être libérés», a-t-il déclaré.

Citant une source diplomatique, l’AFP avait affirmé que «les touristes étrangers ont été pris en otage par le GSPC qui veut instaurer une zone d’instabilité dans le Sud algérien». D’où, ajoute-t-on, le refus de ce groupe terroriste d’exiger une rançon alors que les autorités algériennes essayent de les «orienter vers une demande matérielle». Le GSPC s’en est pris aussi, selon la même agence, à des agents des compagnies pétrolières, dont Sonatrach.

La thèse de l’enlèvement des touristes disparus dans notre Sahara s’était confirmée davantage à travers des déclarations de hauts responsables des pays concernés par cette affaire, en visite successive ces derniers jours à Alger. Dans leur quasi-totalité, ils ont laissé entendre que ces touristes étaient vivants. Une indication qui ressort clairement dans les propos de M. Fisher, ministre allemand des Affaires étrangères, qui avait déclaré, lors de sa visite, lundi à Alger, qu’il souhaitait que «ces touristes rentrent sains et saufs chez eux», en excluant «une solution par la force».

Un émissaire suisse avait, à son retour d’Alger où il était en visite durant la semaine passée, indiqué que «les autorités algériennes l’avaient assuré ne pas être en négociation avec quelque partie que ce soit».

«Toutes les hypothèses sont ouvertes et le ministère de l’Intérieur algérien nous a donné acte que tout serait mis en œuvre pour trouver une solution qui préserve la vie et la dignité des disparus», avait-il précisé. Des déclarations qui ont ceci de particulier qu’elles confirment d’une manière implicite que les 31 touristes sont toujours en vie. Face à autant de confusions, les autorités algériennes n’ont à aucun moment confirmé ou infirmé ces hypothèses, se contentant de nier l’existence de «contacts» ou de «négociations» avec d’«éventuels ravisseurs».

Trente et un touristes européens, dont 15 Allemands, sont portés disparus dans le désert algérien depuis près de trois mois dans une zone couvrant une superficie de plus de 2 millions de kilomètres carrés. Une situation inédite dans les anales du tourisme algérien pour laquelle l’Etat a eu recours aux grands moyens. D’ailleurs, pour retrouver les touristes disparus, plus de 7 000 personnes, dont 5 000 soldats, ainsi que des moyens matériels colossaux ont été déployés par les autorités. S. H.